Gilets jaunes : trois mois de mobilisation et un nouvel acte à Pontivy

Le rassemblement breton des Gilets jaunes se tient à Pontivy ce samedi 16 février. 2000 personnes y sont attendues. La manifestation a commencé dans le calme. Quelques heurts ont éclaté en fin de journée entre certains manifestants et les forces de l'ordre.

Les Gilets jaunes rassemblés à Pontivy pour l'acte XIV du mouvement
Les Gilets jaunes rassemblés à Pontivy pour l'acte XIV du mouvement © J. Armand - France 3 Bretagne
L'acte XIV des Gilets jaunes a lieu ce samedi. En Bretagne, c'est Pontivy qui doit rassembler une nouvelle mobilisation. La manifestation a démarré dans le calme, sous la vigilance des services de police. La situation s'est tendue en fin d'après-midi mais sans incident majeur. Dans le cortège et après trois mois d'engagement, la question se pose de continuer ou non. 
 
Gilets jaunes à Pontivy : après trois mois de mobilisation, continuer ou pas ?

18 h : premiers heurts entre certains manifestants et les forces de l'ordre.
   

16 h 50 : les Gilets jaunes font face aux gendarmes sur le pont du Quartier. 
 
16 h 30 : "ce qui prédomine après trois mois, c'est l'injustice" déclare Dany Simon Bun Chuor, ambulancière et figure du mouvements à Lamballe, présente ce samedi à Pontivy. "On veut juste nous faire fermer notre bouche". "Tant que ça n'évoluera pas, on continuera" dit-elle
 
15 h 30 : le cortège poursuit sa route le long de l'avenue des Cités Unies
 
15 h : ambiance bon enfant et danse bretonne sur Matmatah dans le cortège.
 
14 h 30 le cortège suit l'itinéraire prévu, dans le calme.
   
14 h : le cortège s'élance. La rue commerçante est protégée par les forces de l'ordre.
   
Les boutiques ont fermé leurs rideaux, par prudence, pour se protéger et protéger leurs clients indique Jérôme Forestier, Président de l'association des commerçants de Pontivy.
 
Gilets jaunes à Pontivy : les commerçants ferment leurs rideaux


Trois mois de mouvement


Trois mois de manifestations, un mouvement toujours aussi éparpillé et un début de lassitude qui gagne l'opinion: pour leur acte 14, les "gilets jaunes" veulent agir tous azimuts samedi mais aussi dimanche avec des moyens d'action et des mots d'ordre parfois différents. Les chiffres du gouvernement, qui a recensé 51 400 manifestants en France lors
de l'acte 13, esquissent une décrue de la mobilisation ces dernières semaines. Un affaiblissement toutefois contesté par le mouvement, qui concède seulement une stagnation de ses forces en revendiquant la présence de 118.000 manifestants samedi dernier.

Lancée le 17 novembre, cette contestation inédite voit également le large soutien populaire dont elle bénéficiait s'effriter: pour la première fois, une majorité de Français (56%) souhaitent que la mobilisation s'arrête, selon un sondage Elabe diffusé mercredi. Et presque deux tiers des sondés (64%) pensent que les manifestations hebdomadaires
"se sont éloignées des revendications initiales du mouvement", centrées notamment sur le pouvoir d'achat, la démocratie directe et les prix du carburant.

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
gilets jaunes société