Coronavirus à Quiberon : 13 cas positifs et un bar fermé administrativement

Treize cas de coronavirus sont confirmés à Quiberon, où un cluster est désormais sous surveillance. Le préfet a procédé à la fermeture administrative d'un bar qui organisait des soirées dansantes. Il appelle également à l'intelligence individuelle et collective. 

A Quiberon, un cluster a été identifié et un bar se trouve dans le viseur des autorités
A Quiberon, un cluster a été identifié et un bar se trouve dans le viseur des autorités © S. Breton - France Télévisions
Treize cas de coronavirus sont désormais confirmés à Quiberon ce vendredi soir, "constituant un cluster sanitaire à risque de fort potentiel de transmission" selon la préfecture du Morbihan.

Les 10 premiers cas, tous liés, identifiés le 23 juillet, "sont isolés à leur domicile ou via des dispositifs dédiés" a annoncé le préfet, Patrice Faure, lors d'une conférence de presse. 25 cas contacts à risque élevé ont été identifiés, ils sont en cours de prélèvement. Ce vendredi 24, trois nouveaux cas supplémentaires ont été signalés.

Le patient zéro, un saisonnier travaillant dans une grande surface était hébergé dans un camping. Ce dernier accueillait aussi 22 pompiers en renfort pour la saison estivale. Tous ont été testés, "ils sont négatifs, c'est une bonne nouvelle" a dit le préfet.
 

Le cas contact, quelle définition ? Lire le document de Santé Publique France


Sur le lieu de travail du jeune homme, "il n'y pas de contact à risque car toutes les mesures étaient respectées" a expliqué Claire Muzellec Kabouche, directrice de l'Agence régionale de santé du Morbihan. 
 
Claire Muzellec Kabouche, directrice de l'Agence régionale de santé du Morbihan et Patrice Faure, préfet du Morbihan lors d'un point presse
Claire Muzellec Kabouche, directrice de l'Agence régionale de santé du Morbihan et Patrice Faure, préfet du Morbihan lors d'un point presse © P. Queyroux - France Télévisions

Le préfet a évoqué une situation gérée mais a précisé les difficultés liées à ce dossier : "Le premier cas a eu la mauvaise attitude, il nous a menti et n'a pas dit exactement qui il avait vu." Et d'ajouter : "J'en appelle à l'intelligence individuelle. Quand on est en difficulté, on dit tout ce que l'on sait, on ne met pas les autres en danger."

Certaines personnes se sont aussi fait tester, de leur propre initiative sans prévenir les autorités. Un bar est également mis en cause car il revient dans le parcours des malades.


Un bar fermé deux mois


D’après les enquêtes sanitaires en cours, les personnes infectées ont participé à des rassemblements dans un bar où des soirées dansantes auraient été organisées. Suite à l'enquête de gendarmerie, le préfet a pris la décision ce vendredi soir de fermer administrativement l'établissement incriminé pendant deux mois avec effet immédiat.

Ainsi, la préfecture invite toutes les personnes ayant fréquenté cet établissement, le bar de nuit «l'Hacienda» entre le 13 et le 19 juillet à se faire dépister dès que possible. Ils peuvent le faire au Drive Covid mis en place 7 rue de Verdun à Quiberon (de 14h30 à 17h45) accessible sans prescription médicale ou dans tout autre lieu de prélèvement muni d'une prescription médicale. De même, toutes ces personnes sont appelées à communiquer leur coordonnées auprès de l'Agence Régionale de Santé à l'adresse mail suivante : ars-bretagne-contact-tracing@ars.sante.fr


Ne pas tomber dans la psychose


Patrice Faure a insisté : "Il ne faut pas tomber dans la psychose et ne pas renoncer à venir en vacances à Quiberon. Le maire a pris toutes les dispositions nécessaires." 

Les navettes vers Belle-Île ne voient pas de modifications ou de suspension. Le pardon de Saint-Anne d'Auray n'est pas non plus menacé. Alors que des rumeurs courent sur des cas à Sauzon, l'Agence régionale de santé a dit ne pas avoir plus d'informations à ce sujet. 
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus santé société
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter