VIDÉO "Un grand merci à tous les Français" Partout, des rassemblements pour commémorer les deux ans de guerre en Ukraine

durée de la vidéo : 00h01mn13s
Deux ans après le début de la guerre en Ukraine, les manifestations se multiplient. Exemple à Vannes (Morbihan) ce samedi 24 février, où Helena, une manifestante ukrainienne est venue dire "un grand merci à tous les Français" ©N. Corbard et P. Queyroux / France Télévisions

Cela fait deux ans jour pour jour que la Russie a lancé son offensive armée contre l'Ukraine. Partout en Bretagne, des centaines de personnes se sont rassemblées pour commémorer le début de la guerre. Parmi elles, de nombreux ressortissants ukrainiens.

Les drapeaux jaunes et bleus ukrainiens ont fleuri sur les places des grandes villes bretonnes ce samedi 24 février. Deux ans après le début de l'offensive russe en Ukraine, des milliers de Bretons sont venus commémorer ce triste anniversaire pour que le conflit ne soit pas oublié.

À lire aussi : Après deux ans de guerre, quel avenir pour les 4 000 Ukrainiens déplacés en Bretagne ?

À Vannes, 200 personnes se sont rassemblées, malgré la pluie, sur la place Simon Veil à l'appel du Mouvement européen 56 et de la Maison de l'Europe du Morbihan. 

"Nous l'avons fait au début de la guerre, en février 2022, après un an de guerre en mars 2023, et on recommence aujourd'hui", témoigne François-Xavier Camenen, président de la Maison de l’Europe du Morbihan.  

On ne pensait pas que ça durerait aussi longtemps mais à l'effort des Ukrainiens et à leur esprit de résistance doit répondre notre soutien sans faille. L'Ukraine est notre front de résistance. Nous sommes menacés comme les Ukrainiens à terme, surtout si nous cédons.

François-Xavier Camenen

Président de la Maison de l'Europe 56

Sous son parapluie, Héléna observe. Ukrainienne, elle s'est installée à Vannes depuis le début du conflit. 

Ce n'est pas fini. Personne ne sait quand ce sera terminé. Nous disons un grand merci à tous les Français parce qu'il y a un grand soutien ici à notre pays.

Héléna

Déplacée ukrainienne installée à Vannes

Une autre femme ukrainienne est venue avec ses trois filles. Elles habitaient à Kiev au début du conflit : "Chaque jour, chaque nuit, il y avait des bombardements, se souvient-elle. C'était très dur, pour nous et pour les enfants. Aujourd'hui, nous voulons retourner en Ukraine, c'est notre vie, notre famille, notre pays, tous nos amis, notre travail, l'école. Chaque jour, quand on voit ce qu'il se passe, c'est terrible. Toutes les familles ici ont au moins un mort. C'est très important que l'Europe nous aide."

À lire aussi : François Hollande en déplacement à Brest estime que la France "doit faire plus" pour l'Ukraine.

À Lorient, l'hymne national ukrainien a été repris ce samedi 24 février par 150 personnes rassemblées place Glotin et accompagnées par un biniou. Des chants entonnés par des Ukrainiens ont aussi résonné à Quimper où une centaine de personnes a répondu à l'appel du Parti socialiste du Finistère.

À lire aussi : Témoignages. "On vit notre vie au jour le jour". Que deviennent les réfugiées ukrainiennes depuis le début de la guerre il y a deux ans

À Brest, c'est l'association Iroise Ukraine, qui a organisé le rassemblement place de la Liberté, mobilisant près de 300 personnes cet après-midi. 

À Rennes, plusieurs centaines de personnes ont défilé sur le mail François Mitterrand à l'appel du Mouvement de la Paix. Un comité rennais qui participait aussi au rassemblement place de la République pour l'arrêt immédiat des bombardements sur Gaza, le cessez-le-feu et le rétablissement de l'aide humanitaire.