Oubliez les produits phytosanitaires !

Avec l'arrivée du printemps, la mouche blanche fait son apparition, détruisant les plantes. Pour lutter contre ces nuisibles, certains producteurs de plants maraîchers utilisent des produits phytosanitaires. D'autres ont recours à des solutions plus biologiques : le macrolophus.

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité

L'arrivée du printemps est sans doute une bonne nouvelle pour beaucoup, mais pas pour les maraîchers. Cette nouvelle saison marque le retour de leurs ennemies : les aleurodes ou "mouches blanches". L'insecte tant détesté pond ses œufs au revers des feuilles les plus jeunes.


D'importants dégâts

Adultes et larves piquent les plantes pour en sucer la sève. Cela provoque des dégâts importants : jaunissement puis dessèchement des feuilles. Un miellat se développe et perturbe la respiration du végétal, ce qui peut favoriser l'apparition de champignons.

Un aleurode femelle peut pondre jusqu’à 300 œufs et vivre jusqu’à deux mois. Ces mouches blanches, d'une longueur de 3 millimètres attaquent les plantes d'intérieur, les fleurs (pétunias, œillets, fuchsias, pélargoniums), les légumes (tomates, aubergines, choux,...) et les agrumes (aleurode floconneuse).


Solutions

Dans un premier temps, la plante atteinte doit être isolée pour ne pas contaminer les autres.

Pour se débarrasser de ces petites bêtes, certains utilisent des insecticides systémiques (c'est-à-dire véhiculés par la sève), produits qui empoisonnent les insectes et leurs larves. Cependant,  il faut traiter en dehors des périodes de floraison pour ne pas nuire aux abeilles et aux autres insectes butineurs.

Certains maraîchers ont opté pour une solution plus écologique : le macrolophus. Il s'agit d'un petit insecte zoophytophage (se nourrissant d'autres insectes et de plantes)

Élevage d'insectes

Certains producteurs se sont lancés dans l'élevage de ces petits insectes. "On élève nos macrolophus sur un support plant de tabac, car ça les attire. On leur apporte tout ce dont ils ont besoin pour proliférer et se reproduire", affirme Jerôme Crenn, responsable produits. "On cherche avant tout à avoir de bons prédateurs, à l'affût des parasites. En les élevant, on est sûr d'avoir cette qualité", poursuit-il.

Reportage : J.-M. Seigner et C. Bazille. Interviews : - Jerôme Crenn, responsable produits ; - Jean-Yves Thomas, co-directeur de la société "Thomas Plants".