• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

La pêche en Bretagne et Pays-de-la-Loire manque de bras

Marins pêcheurs sur le port / © F3
Marins pêcheurs sur le port / © F3

Début mars, c’est la semaine des métiers de la mer organisée par Pôle Emploi. L'occasion de nous intéresser au métier de pêcheur. Car si la filière va mal, elle a aussi de l’avenir et cherche à recruter. Parfois avec difficulté.

Par Stéphane Grammont

La Bretagne et les Pays de la Loire concentrent à elles deux 20 % des pêcheurs de l'hexagone et la demande est forte. Souvent les patrons pêcheurs recherchent une main d'œuvre opérationnelle, qui ne l'est pas toujours même si les formations, lycées maritimes et formation continue notamment, existent bien.

Comme dans beaucoup de métiers, c'est en pêchant que l'on devient pêcheurs, et les patrons doivent former leurs matelots, même quand ils sortent d’une formation qui les a bien préparé aux techniques de pêche.

En outre, c’est un métier difficile, dangereux parfois, qui souffre encore d'une mauvaise image. Conséquence : aujourd'hui, la profession de marins pêcheurs a du mal à recruter.

Reportage: Isabelle Rettig, Jean-Michel Piron, Christelle Pineau, Luc Prisset, Claire LOuet, Stéphane Soviller, Antoinette Grall, Alexix Guédes


Pourtant, les besoins sont là: dans les 5 ans à venir, 2000 postes doivent être pourvus en France, dont 500 en Bretagne et au moins 300 en Pays de la Loire.

Ces dernières années, la pêche a été mise à mal: prix du carburant, quotas drastiques, vieillissement de la flotte : En Bretagne et Pays de la Loire, on ne compte plus aujourd'hui que 4800 hommes pour 1700 bateaux.

Une réforme de la formation maritime est en cours. Aidera-t-elle la filière à trouver suffisamment de pêcheurs dans les prochaines années ? C’est à voir. Mais les marins eux croient en l'avenir.

A lire aussi

Sur le même sujet

Rapport violence prison de Vezin juin 2019

Les + Lus