Pour faire leur deuil et rendre hommage à leur fils, elles pédalent à travers la France

Leur petit Maël est mort en novembre dernier d’une leucémie. Une déflagration dans la vie de Solveig et Aude. Alors pour ne pas rester recroquevillées dans leur douleur, elles ont décidé de faire un tour de vélo, qui durera 3 mois. Ce mercredi elles arrivent à Trégomar dans les Côtes d'Armor.

Solveig de La Hougue et Aude Béhague font un tour de France à vélo à la mémoire de leur petit Maël, qui adorait le vélo.
Solveig de La Hougue et Aude Béhague font un tour de France à vélo à la mémoire de leur petit Maël, qui adorait le vélo. © DR

Maël avait 18 mois quand il a été emporté par une leucémie le 16 novembre 2020. La maladie avait été dépistée quelques semaines plus tôt, début octobre. Aussitôt, devant la lourdeur des soins, les deux mamans avaient arrêté de travailler pour s’occuper de leur petit garçon. "Quand on a appris la maladie, on pensait s’engager dans un long processus alors nos familles ont mis en place une cagnotte pour qu’on arrête de travailler", se souvient Solveig de La Hougue.


Des soutiens de toute la France


Des messages de soutien, des dons à la cagnotte sont arrivés d’un peu partout. De proches mais aussi d’inconnus. "On s’était dit que lorsque Maël serait guéri, on irait remercier toutes ces personnes à vélo. Maël adorait le vélo !", poursuit Solveig.

Tous leurs espoirs reposent sur une greffe de moëlle osseuse et puis patatras… Des complications et Maël s’en est allé, laissant ses deux mamans dans un vide absolu.
 

C’est un tel gouffre. Du jour au lendemain, il n’y a plus rien.

Solveig


Tenir la promesse faite à Maël


Aude Béhague et Solveig de La Hougue souhaitaient tenir la promesse faite à leur petit bonhomme, elles ont donc enfourché leurs vélos. Le 25 février 2021, elles ont quitté leur maison de Mondeville près de Caen et sont parties remercier les personnes qui les avaient soutenues partout en France. "C’était un moyen de tenir debout. Pour l’instant on essaie de se reconstruire. Les rencontres nous font du bien", murmure Solveig.

Albums de photos dans les sacoches, les deux cyclistes parlent de leur fils. Une façon d’honorer sa mémoire. Elles écoutent aussi les histoires de ces personnes rencontrées au gré de leur périple. "Ça nous projette dans autre chose", constatent-elles.

Pour l’instant Aude et Solveig pansent les plaies. Peut-être un jour, s’investiront-elles dans des associations en faveur du don de moelle osseuse. Mais aujourd'hui, c’est trop tôt. Elles n'en ont pas la force. Alors elles pédalent.

Ce mercredi 3 mars, elles atteindront Trégomar dans les Côtes d'Armor, puis ce sera l'Ile Tudy, dans le Finistère et Vannes.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
cyclisme sport cancer santé société jeunesse famille