• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

À Rennes, des chercheurs travaillent sur le baby blues

Une femme sur 10 souffrirait de la dépression post-partum / © Ale Ventura / MaxPPP
Une femme sur 10 souffrirait de la dépression post-partum / © Ale Ventura / MaxPPP

Plus d’une femme sur dix souffre d’anxiété ou de dépression post-partum, c’est-à-dire juste après l’accouchement. Des chercheurs ont établi que l'activité cérébrale concernée n'est pas la même que dans les cas de dépressions "classiques".

Par Myriam Thiébaut

Le "baby blues", un sujet sur lequel planche, à Rennes, l'Institut de Recherche en Santé, Environnement et Travail (l'Irset). En collaboration avec deux universités nord-américaines, l'Irset a publié un point complet sur le sujet, dans la revue Trends in Neurosciences. Difficile d'imaginer que l'on puisse souffrir de dépression après la naissance de son enfant. Et pourtant, ce qui est communément appelé "un heureux événement" est parfois suivi de troubles psychologiques importants chez la mère. Troubles qui peuvent affecter par ricochet l'enfant lui-même, et même son futur parcours de vie.

Les troubles psychologiques qui peuvent survenir pendant l'année qui suit l'accouchement, ont même été évalués en terme financier. Au Royaume-Uni, une étude a chiffré à près de 8,5 milliards de livres, soit 9,5 milliards d'euros, le coût engendré par les dépressions post-partum ou par l'anxiété post-partum. 72% de ces coûts sont liés aux conséquences de long terme pour l'enfant.

Activité neuronale spécifique en cas de dépression post-partum

Des images de type IRM ont été réalisées sur des patientes souffrant d’anxiété et/ou de dépression post-partum (DPP). Elles montrent que les principales régions cérébrales affectées sont également impliquées dans les soins maternels, la motivation, la régulation du stress, l’empathie et l’émotion.

Les études cliniques ont observé que l’activité neuronale chez les femmes atteintes de DPP met en jeu un modèle différent de celle des personnes atteintes de dépression majeure, laquelle peut survenir à toutes les périodes de la vie. Cette découverte permettra-t-elle d'adapter les soins apportés à la nouvelle maman, et à son jeune enfant?


Les zones du cerveau concernées par une dépression post-partum ne sont pas les mêmes que dans un autre type de dépression / © Institut de Recherche en Santé, Environnement, Travail - Université de Rennes
Les zones du cerveau concernées par une dépression post-partum ne sont pas les mêmes que dans un autre type de dépression / © Institut de Recherche en Santé, Environnement, Travail - Université de Rennes

Mieux détecter et prévenir les troubles post-accouchement, tels sont les objectifs pour les chercheurs. Un thème de recherche "fondamental", quand on pense à toutes les conséquences que peut avoir la dépression à un moment si crucial pour la mère et l'enfant.

Mieux connaître la dépression post-partum, pour mieux la soigner


Dépression post-partum : des travaux de recherches menés à Rennes
Un reportage de H. Pédech, C. Rousseau, D. Mérieux / avec Lucie LEROY - Jodi Pawluski, Chercheuse associée à l'Institut de recherche en santé, environnement, travail (Irset - Rennes 1 - Inserm) - Thierry CHARLIER professeur à l'université de Rennes 1




Sur le même sujet

Homme retranché à Plomodiern : les explications du Colonel Nicolas Duvinage

Les + Lus