Rennes. L'usine Stellantis de la Janais va produire un nouveau véhicule CR3, une satisfaction pour les salariés

La direction de l'usine Stellantis La Janais a annoncé que le site produira le futur CR3 qui prendra la suite du Citroën C5 Aircross. Pour les salariés, cette nouvelle offre des perspectives d'emploi même si la production ne doit pas se focaliser sur un seul type de véhicule.

Le futur véhicule CR3 qui remplacera la Citroën C5 Aircross sera produit sur le site de Stellantis La Janais à Rennes. C'est ce qu'a annoncé la direction du groupe. La production pourrait démarrer en 2024 ou 2025, avec 100 000 véhicules par an selon la CFDT. 

De la visibilité pour les salariés

Pour les syndicats, c'est une bonne nouvelle. "C'est une satisfaction, on n'avait jusque là pas de visibilité sur la stratégie de Stellantis", relève Laurent Valy, secrétaire de la section CFDT. Il rappelle que les collectivités se sont engagées sur ce dossier et s'en félicite. 

David Ruellan, secrétaire du syndicat SIA abonde. "On est contents pour le site, pour les salariés. On a pris le Covid de plein fouet. On a eu le démontage de trois équipes pour n'en faire plus qu'une, du chômage à cause de la rupture d'approvisionnement de puces électroniques. Un nouveau véhicule et la plateforme qui va avec, cela donne de la pérennité". 

"Les efforts demandés aux salariés notamment en termes de flexibilité ont été très importants ces dernières années, c’est une juste-retour qui permet de donner une visibilité industrielle pour la période 2025-2030", ajoute Laurent Valy.

Stellantis anticipe les effets de la transition énergétique en affectant de nouvelles activités aux sites qui étaient jusqu'à présent les plus dépendants du moteur thermique

Stellantis

152 millions d'euros investis

152 millions d'euros vont être investis, qui vont bénéficier aussi aux ateliers. Une nouvelle plateforme sera aménagée et de nouvelles lignes seront dédiées à l'assemblage de batteries électriques, une nouveauté pour le site rennais.

Tous les syndicats insistent cependant sur le fait que l'usine ne doit pas uniquement se reposer sur un seul modèle, pour éviter l'échec commercial. "Il en faut un autre à produire, pour assurer la stabilité de l'usine. Plus on a de volumes, plus les rendements sont faciles à atteindre"

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
psa la janais économie entreprises stellantis