Première Solitaire du Figaro pour Tanguy Le Turquais : “Ça fait rêver !”

Première Solitaire du Figaro pour Tanguy Le Turquais : "Ça fait rêver !"
Tanguy Le Turquais sera sur la ligne de départ de la Solitaire du Figaro le 26 mai prochain. Le Vannetais se réjouit de se confronter aux "meilleurs marins du monde". Reportage : S. Izad / B. Galmiche.

Tanguy Le Turquais sera sur la ligne de départ de la Solitaire du Figaro le 26 mai prochain. Le Vannetais se réjouit de se confronter aux "meilleurs marins du monde".

Par Baptiste Galmiche

Le large, Tanguy Le Turquais le connaît bien. À 27 ans, le skipper est arrivé Champion de France Mini en 2014. Un an plus tard, il renouvelle l'exploit et ajoute une autre ligne à son palmarès en se classant 3e à la Mini Transat.

La suite logique, c'était donc la Solitaire du Figaro. Une première, et un rêve pour le Vannetais. "Ce qui m'attire, c'est le large, le solitaire, et les régates qui vont se jouer sur plusieurs jours voire plusieurs mois, les traversées... C'est aussi le côté aventure. C'est vraiment ça qui me fait rêver", s'émerveille le skipper.

"En Figaro, il ne faut jamais rien lâcher"


© Baptiste Galmiche / France 3 Bretagne
© Baptiste Galmiche / France 3 Bretagne

Une course en solitaire, il n'en fallait donc pas plus pour satisfaire Tanguy qui se définit comme un "guerrier". "En Figaro, il ne faut jamais rien lâcher. Dès que tu lâches un tout petit peu, tu perds tout de suite de la distance sur les concurrents, et tu vas mettre beaucoup de temps à les rattraper."

"Cette notion de ne jamais rien lâcher, de toujours être en train de se battre, de ne pas dormir, c'est quelque chose qui existe déjà en Mini, mais qui est bien moins important qu'en Figaro", se réjouit-il.

Aux côtés des "meilleurs marins du monde"


Un défi personnel, physique et mental, mais aussi l'impression d'entrer dans la cour des grands. "C'est génial de pouvoir être sur la ligne de départ avec des gars comme Yann Elies, Jérémie Beyou, Nicolas Lunven, c'est sûr que ça fait rêver ! Quand j'étais gamin, je les suivais ! Jamais je pensais pouvoir être sur la ligne de départ avec eux, sourit-il. Et c'est super que ces gars-là continuent à faire du Figaro. C'est ce qui fait aussi que le Figaro est si dur : le fait que les meilleurs marins du monde viennent se confronter."

Tanguy Le Turquais (Nibelis) fait partie des 10 bizuths de cette 48e édition et se mesurera à 42 autres skippers. Le départ sera donné à Bordeaux le 4 juin prochain et comportera quatre étapes.

Sur le même sujet

Pauline Kerscaven sur le plateau de Bali Breizh

Les + Lus