• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

Suite à l'hécatombe de ce début d'année, la France veut lutter contre les échouages de dauphins

Dauphin commun échoué en Vendée - 4/02/2019 / © A. Hébert/Pélagis
Dauphin commun échoué en Vendée - 4/02/2019 / © A. Hébert/Pélagis

Alors que 1 100 dauphins se sont échoués sur la côte atlantique depuis janvier, François de Rugy annoncera ce vendredi des mesures pour lutter contre ces échouages et un plan plus large pour protéger les cétacés sauvages.

Par KV avec AFP


 Le ministre de la Transition écologique se rendra en début d'après-midi ce vendredi à La Rochelle, où se situe l'Observatoire Pelagis, spécialisé dans les mammifères et oiseaux marins. Selon Pelagis, 90% des dauphins retrouvés échoués portent des traces de captures accidentelles dues aux filets de pêche dans lesquels ils se retrouvent prisonniers jusqu'à l'asphyxie, lorsqu'ils chassent le bar et le merlu, également ciblés par les pêcheurs. La Vendée, la Charente-Maritime puis la Gironde sont les départements les plus concernés.
 

2019, année record pour les échouages de petits dauphins

    
Les échouages de dauphins répertoriés ne cessent d'augmenter depuis 2017 et selon Pelagis, 2019 est pour l'instant une année record pour les échouages de petits cétacés sur près de 40 ans. Selon le ministère, la population de dauphins est évaluée à 200.000 individus dans le golfe de Gascogne.
 


Des répulsifs acoustiques sur les chalutiers pélagiques français


Depuis le 1er décembre 2018, la flotille française de chalut en boeufs, où deux chalutiers remorquent un filet, s'est équipée volontairement de "pingers" - des répulsifs sonores. Ils accueillent aussi des observateurs à bord sur environ un cinquième du temps passé en mer. Le ministère souhaite voir si d'autres flottilles dans le golfe de Gascogne devraient
être équipées de pingers, notamment les fileyeurs français et les chalutiers en boeufs espagnols, augmenter le nombre d'observateurs et voir quels sont les autres dispositifs qui pourraient être mis en oeuvre pour éloigner les dauphins des bateaux de pêche.
 


Pour des mesures élargies à nos voisins européens


La France souhaite aussi discuter avec ses voisins européens de cette question, le droit de la pêche relevant du droit communautaire, et voir si des mesures d'effarouchement spécifiques sont envisageables dans le golfe de Gascogne. Le ministère souhaite également renforcer les moyens de l'observatoire Pelagis, de 100.000 euros.
 

Vers un plan de protection des cétacés


Paris travaille à un plan plus large de protection des cétacés sauvages dans ses eaux. Il prévoit de mieux comprendre quelles sont les interaction avec l'activité humaine, de réduire les pressions exercées sur ces animaux (captures accidentelles, collision avec des navires, pollution plastique...), de renforcer la coopération internationale pour ces animaux migrateurs et de sensibiliser le grand public à ces questions. Ce plan sera mis à la consultation entre les différentes parties prenantes, pour une adoption d'ici la fin de l'année.
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Interview d'André Ollivro

Les + Lus