Sur la presqu'ile de Crozon, Yannick Tissier, ange gardien des amateurs de grimpe

Publié le

On associe rarement la Bretagne avec la pratique de l'escalade. Il faut dire que le point culminant de la région est à 385 m. Et pourtant, sur le site de Pen Hir, Yannick Tissier, moniteur d'escalade, est parvenu avec d'autres amis à créer un spot d'exception. Rencontre. 

Pour se frotter à la houle et aux vagues, Yannick Tissier a choisi un autre sport que la voile ou le surf. Étonnamment, il s’agit de l’escalade, « la grimpe » comme on dit entre initiés.

Yannick a choisi de pratiquer ce sport en Bretagne, sur la pointe de Pen Hir, où les falaises de gré armoricain se prêtent au jeu de cet homme avide de sensations fortes. Entre terre et mer, les sensations sont ici décuplées, les difficultés multipliées. Yannick se joue ici de tous les éléments, de l’apesanteur mais aussi du vent et de la houle.

Grimper avec la mer en dessous, ça rajoute du piment.

 

Yannick Tissier est moniteur d’escalade. Il a découvert l'activité alors qu'il était lycéen dans la région de Daoulas. Si la Bretagne lui a offert un terrain de jeu interessant, il a fallu pour progresser techniquement qu'il expérimente et se forme sur d'autres voies dans le sud de la France. 

Un spot d'escalade hors norme

Depuis son retour en Bretagne il y a 20 ans, il s'est investi avec une bande de copains pour transformer le site de Pen Hir en un spot d'escalade hors norme. Après dix années de travail acharné, le groupe de passionnés est parvenu à créer de nouveaux passages et rééquiper les ancrages. Avec ses 200 voies équipées, le site de Pen hir est aujourd'hui le plus gros de bretagne. 

Il y a un gros boum de l'escalade. Il y a de plus en plus de monde à Pen Hir. Si on veut que l'activité soit préservée à long terme, on ne doit pas faire n'importe quoi.

Yannick Tissier poursuit donc son travail de sensibilisation à l'écologie du lieu avec les sportifs et les promeneurs qui viennent sur le site. Le guide entretient aussi le lieu, bénévolement, avec quelques autres grimpeurs "accros" à la presqu'ile de Crozon.

Et puis, il est important de créer du lien entre la fédération d'escalade, les amateurs locaux, les ornithologues très présents dans le secteur. C'est même, selon Yannick, "essentiel" pour continuer à préserver ce territoire d'exception. 

Yannick Tissier s'apprête donc à attaquer une nouvelle saison, avec toujours autant d'enthousiasme. Son portrait est à voir dans Littoral, le magazine des gens de mer juste ici. 

 

Littoral, le magazine des gens de mer