TRANSPORTS. Pourquoi les trains sont-ils si souvent complets en Bretagne

Si l'on cherche à prendre un billet Paris-Rennes pour le week-end de l'Ascension, la plupart des trains affichent complet dès ce mardi 16 mai en début d'après-midi ou sont proposés au prix fort (entre 95 et 140 euros pour un aller simple). Sauf celui de14h45 qui est à 67 euros mais vous arriverez à 20h17 à Rennes, soit après plus de 5h de trajet. Une situation loin d'être isolée.

La SNCF attend deux millions de voyageurs à travers la France pendant le week-end de l'Ascension. C'est légèrement plus que l'an dernier. Mais impossible de connaître les chiffres pour la Bretagne, "nous sommes dans un marché concurrentiel" affirme le porte-parole de la SNCF, qui ajoute que la Bretagne est une "destination phare". 

A lire : Transport. Rennes-Bordeaux en 3h30, c'est la promesse de la nouvelle compagnie ferroviaire "Le Train"

Cette fréquentation des trains entre la Bretagne et Paris et entre Paris et la Bretagne est vraie pendant les week-end du mois de mai certes, mais aussi toute l'année. Par les télétravailleurs ou les navetteurs, qui font la navette entre Paris et la Bretagne et les vacanciers.

Les trains se remplissent très vite, dès l’ouverture des réservations, c'est-à-dire environ trois mois à l'avance, (le 8 mars pour les trains de l'été et le 25 janvier pour les ponts du mois de mai 2023).

À l’ouverture des réservations, pour tous les trains qui sont sûrs de circuler, les billets sont mis à la vente. Il se peut que certains soient ajoutés, "à la marge", explique la SNCF. 

Trains complets avant ou après les longs week-ends ?

Les télétravailleurs s’organisent et décalent leur trajet, par rapport aux vacanciers, explique la SNCF. Donc deux ou trois jours avant et après les longs week-ends, ce sont les télétravailleurs qui remplissent les trains. La veille ou le jour J, ce sont les vacanciers.

Et il n'y a pas de perspective d'amélioration, puisque la SNCF explique qu’elle est au maximum de matériel et de personnel. "Tous les trains aptes roulent". La quatrième génération de TGV va arriver fin 2024, début 2025. Nous ne savons pas comment la Bretagne sera dotée.

Ce que confirme Emmanuel Briand, de la CGT cheminots. "La SNCF est victime de son succès, constate-t-il. Elle transporte de plus en plus de voyageurs". Il reconnaît que les trains sont souvent complets.

Même en semaine c’est complet. Regardez le train de 16h30 Paris Rennes, il est complet quasiment tous les jours.

Emmanuel Briand

CGT cheminots Bretagne

"On ne peut pas rajouter des trains. Il faut des rames pour cela" dit-il. Pour répondre à cette demande grandissante, la SNCF a passé commande de 100 rames supplémentaires. De nouveaux équipements qui seront livrés fin 2024, début 2025. Impossible encore une fois d'avoir des chiffres régionaux.

De plus en plus de trains passent par Paris

Une autre raison se fait aussi entendre. Depuis quelque années, les trains passent davantage par Paris. Avant, il y avait plus de liaisons entre les villes, partout en France, explique Iwan Le Clec'h, docteur en géographie, urbanisme et aménagement et animateur du compte Twitter @traindenuitBZH. "Aujourd'hui, il y a plus de centralisation" observe-t-il.

Stéphanie Grevet, porte-parole de la Coordination ferroviaire de Bretagne explique que cette organisation provoque des engorgements.

Pour se rendre à Lyon, quand on habite à Quimper, il est désormais impossible de prendre le Nantes-Lyon ou le Rennes-Lyon. Les correspondances ne sont pas possibles, à quelques minutes près. Il faut donc passer par Paris

Stéphanie Grevet

Porte-parole de la Coordination ferroviaire de Bretagne

Des liaisons entre les grandes villes ont aussi été supprimées. C'est le cas du Quimper-Bordeaux, supprimé en 2015.

Ces propos sont confirmés par Isabelle Le Roux-Meunier, présidente de l'Autiv ( Association des Usagers des Transports en Ille-et-Vilaine). "Il y a 2 Rennes-Lille au lieu de 4 par jour, 3 Rennes-Lyon au lieu de 4" regrette-t-elle. Les voyageurs expliquent également que certains trains ont été transformés en Ouigo et sont pris d'assaut par une nouvelle clientèle.

La SNCF affirme toujours que pour obtenir les meilleurs tarifs, mieux vaut anticiper pour ne pas subir la règle du "yield management". Avec ce système tarifaire, plus le train est demandé, plus le prix du billet est élevé. C'est désormais vrai aussi pour être certain d'avoir un billet.