Cet article date de plus de 8 ans

Alerte météo : la vigilance orange, c’est quoi, au juste ?

La vigilance météo pointe du doigt les phénomènes susceptibles de présenter un danger. Le but est que chacun, à son niveau, puisse se préparer et réagir de façon appropriée, pour ne pas se mettre en péril.
© F3 centre
Les échelles de vigilance :

Vigilance verte : rien à signaler, aucune mesure particulière.

Vigilance jaune : Ce sont des phénomènes habituels pour la région ou la saison, mais qui peuvent être dangereux localement. A l’échelle du département, ils ne perturbent pas les activités quotidiennes mais peuvent s’avérer dangereux pour ceux qui pratiquent une activité extérieure.

Vigilance orange : A partir de ce seuil, les événements climatiques peuvent présenter un danger direct et avoir un impact sur les activités quotidiennes (atteinte physique aux personnes, dommages aux biens, perturbation des transports, paralysie de la circulation routière, coupures d’eau et d’électricité...). Il faut se montrer très vigilant en toute circonstance.

Vigilance rouge : Quand ce niveau est activé, les prévisionnistes attendent des phénomènes d’une intensité rare, qui peuvent présenter un grave danger pour la population du département. Une vigilance absolue s’impose.

Les bulletins de vigilance régionaux sont renouvelés toutes les trois heures.

Etre vigilant, oui, mais comment ?

Etre vigilant, c’est se renseigner sur les conditions météorologiques avant d’entreprendre toute activité extérieure ou tout trajet en voiture, se tenir informé et s’adapter à la situation pour éviter de s’exposer au danger.
Etre vigilant, c'est par exemple éviter de sortir sur routes glissantes sans réelle nécessité ou encore attendre que la voirie soit dégagée avant de se déplacer à pied, en cas de verglas très important. Et ne pas hésiter à se calfeutrer en vigilance rouge.

Tout comprendre sur la vigilance météo :
Dossier thématique sur la vigilance météo de l'Institut des risques majeurs de Grenoble (l'IRMA) 

Extrait : 
Problèmes récurrents de la vigilance
Les événements annoncés qui ne se produisent pas sont souvent considérés à tort comme des erreurs de prévision. Entre vraie erreurs et problèmes d’interprétation, la vigilance météo est parfois décrédibilisée.

La notion de fausse alarme est employée par Météo-France pour désigner un cas où un département a été placé en vigilance orange alors que le phénomène attendu ne s’y est pas produit ou pas avec l’intensité prévue. La fausse alerte relève du domaine de la sécurité civile : c’est quand l’alerte a été donnée mais que les événements ne la justifiaient finalement pas, soit parce que le phénomène ne s’est pas produit, soit parce qu’il n’a pas eu de conséquences significatives. Fausses alarmes et fausses alertes ne vont pas toujours de pair. Il peut y avoir fausse alarme sans qu’aucune alerte n’ait été donnée… mais aussi fausse alerte pour « alarme » vérifiée, lorsque l’alerte est donnée localement et que le phénomène a bien touché le département, mais seulement en partie ou sans conséquences significatives. La conséquence, dans les deux cas, est la décrédibilisation de la vigilance météo,  l’indicateur n’étant par la suite plus pris en compte par les élus et citoyens qui estiment que Météo-France va « encore se tromper ». 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
météo