• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • POLITIQUE

25 mai : journée internationale des enfants disparus

Il y a aussi, Sandrine Wilhem, Stéphane Hirson, Ludovic Janvier, Benoît Martin. / © APEV
Il y a aussi, Sandrine Wilhem, Stéphane Hirson, Ludovic Janvier, Benoît Martin. / © APEV

Le 25 mai 2003, la Fondation pour l’Enfance, la Mouette et l’APEV, toutes les trois membres de la fédération européenne Missing Children Europe, mettent en place, en France, la première journée internationale des enfants disparus. Elle est depuis célébrée tous les ans.

Par Vanessa Hirson

C’était un 25 mai, celui de l’année 1979. Etan Patz, petit garçon de 6 ans, est enlevé à New York (quelques ossements ont été retrouvés l’année dernière soit 33 ans après sa disparition). En 1983, le président des Etats-Unis proclame « le 25 mai » journée des enfants disparus. En 1986, le Canada lui donne une dimension internationale.

En France, en 2012, il y a eu

 / © France 3 Centre
/ © France 3 Centre

Des disparitions, des fugues, des enlèvements parentaux en constante augmentation depuis une dizaine d'années. L'association CFPE-116 000 enfants disparus gère actuellement 3 cas de disparitions dans notre région, celle de Maxime Juillet et deux enlèvements parentaux (dont un enfant enlevé se trouve à l'étranger). Malheureusement il n'existe pas de listing à l'échelle régionale : on ne connaît donc pas le nombre exact d'enfants disparus en région Centre mais les services de gendarmerie et de police "y travaillent". 

Des enquêtes au point mort, des familles en éternelle souffrance qui n'attendent qu'une seule chose : la vérité. Les témoins se taisent et pourtant ils peuvent témoigner anonymement. Leur adresse et leur nom ne seront jamais divulgués. 


Mobiliser et ne pas oublier

C’est pourquoi cette journée du 25 mai est cruciale pour les familles de disparus et pour les associations qui se battent au quotidien à leurs côtés. Se mobiliser pour interpeller anonymes et pouvoirs publics, sur la problématique des disparitions d’enfants.

Pour favoriser cette journée, L’APEV, l’association d’aide aux parents d’enfants victimes lance cette année une nouvelle affiche qui regroupe les avis de recherche de 9 enfants ou jeunes majeurs disparus. Certaines photos ont été vieillies par ordinateur par les services techniques de la gendarmerie. Une diffusion qui a lieu partout en France.


Fugue, enlèvement, disparition inquiétante, un seul numéro le 116 000

Le 116 000, lancé par le CFPE-Enfants, est un numéro unique qui a pour mission d’écouter et soutenir les familles d’enfants disparus. Son rôle est avant tout de conseiller les familles dans les procédures administratives et juridiques à engager dans le cadre de fugues, d’enlèvements parentaux en France ou à l’étranger, de disparitions inquiétantes de mineurs et de jeunes majeurs de moins de 25 ans.

Grâce à un important réseau d’interlocuteurs (officiers de police et de gendarmerie, magistrats, ministères…), les juristes du 116 000 informent et conseillent les familles sur les démarches à effectuer en cas de disparition inquiétante, d’enlèvement parental, de fugue. Ils informent de l’avancée des recherches, sous couvert de l’intérêt de l’enquête.

 / © France 3 Centre
/ © France 3 Centre


Samedi 25 mai 2013 de 15h30 à 17h00, grand rassemblement pour les enfants disparus, Place de la bataille de Stalingrad, à Paris (75019).

A Orléans, rassemblement et  lâcher de ballon est prévu samedi 25 mai, à 14h30 sur le parvis de la cathédrale d’Orléans.

 / © APEV
/ © APEV


Que faire lors d'une disparition inquiétante? Interview du Capitaine Amandine Henaux, chef du bureau police judiciaire de la région Centre.

 / © France 3 Centre
/ © France 3 Centre

La RIF supprimée

Dans le cadre des disparitions de majeures, une RIF, une recherche dans l’intérêt des familles pouvait être ouverte par la police ou la gendarmerie. C’étaient aux familles d’effectuer des démarches auprès des banques, des opérateurs téléphoniques mais dès qu’une information concernant le disparu arrivait aux services de police, elle était systématiquement remontée aux familles. Malheureusement, la RIF a été purement et simplement supprimée il y a 2 jours.

 / © France 3 Centre
/ © France 3 Centre

 

Sur le même sujet

Sécurité et effectif policier sur Tours

Les + Lus