Cet article date de plus de 7 ans

"Instinct meurtrier" contre Hollande: les propos de Eric Doligé suscitent l'indignation

Des propos du sénateur UMP Eric Doligé déclarant avoir "un instinct meurtrier" car il "ne supporte plus Hollande et sa bande", et la réponse de son collègue Jean-Claude Gaudin, ont provoqué mardi l'indignation d'élus socialistes, qui réclament leur exclusion de l'UMP.
Eric Doligé, sénateur UMP et président du conseil général du Loiret
Eric Doligé, sénateur UMP et président du conseil général du Loiret


" Je peux vous donner une liste de gens sur qui il faut tirer "

Selon un enregistrement diffusé par le site Le Lab Europe 1, Eric Doligé, sénateur et président du conseil général du Loiret, a déclaré mardi, lors de la journée parlementaire UMP qui s'est tenue à l'Assemblée nationale: "Moi je dois vous dire que j'ai un instinct meurtrier en ce moment. Je suis comme la plupart des citoyens, moi je ne supporte plus Hollande et sa bande !"

Un peu plus tard, le sénateur a ajouté: "Il faudrait qu'on évite de se tirer dessus entre nous et qu'on fasse tout pour tirer plutôt... enfin moi j'ai une liste de gens que je peux vous donner, sur qui il faut tirer, hein. Il y en a une quarantaine, c'est tous ceux du gouvernement". Son intervention provoque quelques rires dans la salle, et le sénateur-maire de Marseille, Jean-Claude Gaudin, lâche "je peux donner les Kalachnikov !". 








 

"Discours anti républicains" selon la Gauche forte

Dans un communiqué, le courant socialiste de la Gauche forte, animé par le député Yann Galut et la sénatrice Patricia Schillinger "condamne avec la plus grande fermeté de tels propos qui confirment la tendance de l'UMP à adopter les discours les plus anti-républicains. Non seulement ces propos sont un appel à la violence, mais ils révèlent l'irresponsabilité d'élus, représentant le peuple, et qui devraient normalement accepter le jeu démocratique".

 "Les Français ont élu François Hollande Président de la République, les parlementaires UMP se doivent de respecter ce choix (...) Les élus républicains, dans l'opposition ou non, se doivent de respecter les institutions garantes de leur propre légitimité. La Gauche forte attend de la part de l'UMP une réponse ferme et proportionnée à la gravité de la situation qui doit être l'exclusion d'Eric Doligé et de Jean-Claude Gaudin du parti", conclut le communiqué.

Eric Doligé ne renie rien

Contacté mardi par la République du Centre, le sénateur a expliqué  " ne pas avoir le meurtre dans le sang ". Il  reconnaît que "le terme est fort" mais "ne le renie pas pour autant".

##fr3r_https_disabled####fr3r_https_disabled##

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
politique