• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • POLITIQUE

Rémi Camus remporte son défi sur le Mékong

Par L.A

Il avait déjà traversé l'Australie en courant et sans assistance, Rémi Camus, jeune aventurier de 28 ans, s'était lancé un nouveau défi : descendre le fleuve Mékong à bord d'un hydrospeed. Il vient de terminer son périple long de 4400 kilomètres, effectués à la nage.

Défi réalisé pour le berrichon Rémi Camus

Nous l'avions suivi dans la préparation de son défi, lorsqu'il s'entraînait encore en piscine. Rémi Camus nous avait alors expliqué le but de son aventure, débutée en octobre dernier et destinée à récolter des fonds pour l'accès de tous à l'eau potable.

Il aura donc fallu cinq mois à Rémi Camus pour descendre les 4400 km du fleuve Mékong à la nage, derrière un hydrospeed. Il aura ainsi traversé six pays : la Chine, la Birmanie, la Thaïlande, le Laos, le Cambodge et le Vietnam. Au Laos, Rémi a bien failli devoir stopper l'aventure. Il a été bloqué pendant un mois à Vientiane par les autorités Laotiennes qui ont confisqué son matériel, l'empêchant de continuer sa descente à la nage durant plusieurs semaines.
Remi Camus Mékong

Un aventurier surpris par l'ampleur des pollutions rencontrées​

"L'ampleur des pollutions de toutes sortes que j'ai traversées depuis cinq mois est sans commune mesure avec ce à quoi je m'attendais", a déclaré Rémi Camus à l'AFP, depuis Ho Chi Minh ville."Le Mékong est le grand déversoir de toutes les ordures d'ordre industriel ou domestique de toutes les agglomérations, petites et grandes, qui bordent ses rives. Par endroit, ce beau fleuve n'est plus qu'un vaste égout et la situation empire à l'approche de l'estuaire, au Cambodge et au Vietnam".

Au quotidien, l'aventurier berrichon comptait sur ses rencontres avec la population locale pour obtenir le gîte. Chaque étape lui a ainsi permis d'évaluer les problèmes d’eau potable des habitants des pays traversés.
 / © Rémi Camus
/ © Rémi Camus

 

A lire aussi

Sur le même sujet

"BatOloire" : le transport atypique de l'été à Orléans

Les + Lus