• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • POLITIQUE

Nucléaire: l'ASN dresse un bilan 2013 mitigé pour les centrales de la région

le 4 avril 2011 / © AFP
le 4 avril 2011 / © AFP

Si les centrales de Dampierre-en-Burly et Saint-Laurent-des-eaux présentent un bilan satisfaisant d'exploitation, Belleville-sur-Loire et Chinon ont encore, selon l'Autorité de sureté nucléaire, des progrès à faire en matière de résultats environnementaux et de sureté d'exploitation. 

Par Ch.L avec AFP

En 2013, l'Autorité de sureté nucléaire a réalisé 81 inspections dans les centrales nucléaires de Belleville-sur-Loire, Dampierre-en-Burly, St-Laurent-des-Eaux et Chinon. "Nous passons une journée par semaine sur chacun des sites pour vérifier les installations et la qualité de radioprotection des travailleurs" a expliqué à France 3 Nicolas Forray, délégué territorial de l'Autorité de Sureté Nucléaire. A Saint Laurent-des-Eaux et Dampierre-en-Burly, les conditions normales d'exploitation seraient atteintes. "Les deux sites sont au dessus de la moyenne en matière d'environnement" précise M.Forray.

Ce n'est pas le cas à Belleville-sur-Loire dans le Cher. Selon le rapport de l'ASN, la centrale souffre d'insuffisances dans la préparation des chantiers, le personnel n'est pas assez formé.L 'ASN a  par ailleurs décidé de "renforcer le contrôle de l'environnement" à la centrale de Belleville dont les performances, comme en 2012, restent inférieures à la moyenne nationale dans ce domaine. Parmi les problèmes évoqués, un rejet accidentel de 120 litres d'huile dans la Loire au cours de l'année  2013.

Chinon reste sous surveillance

A Chinon, c'est le manque de "constance" qui est pointé. Conséquence, l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN) a décidé de maintenir la centrale nucléaire sous surveillance renforcée pour la quatrième année consécutive en raison de résultats encore insuffisants en matière de sûreté. 

"Cette centrale reste en retrait par rapport à la moyenne des centrales du parc français. Des améliorations ont été constatées mais elles sont encore insuffisantes. On attendait mieux", a déclaré Rémy Smyslony, adjoint au chef de la division d'Orléans de l'ASN, à l'occasion du bilan annuel de la sûreté nucléaire et de la radioprotection en région Centre.  Il relève toutefois des progrès significatifs en matière de radioprotection, et estime que le site, qui compte quatre réacteurs de 900 MW, est sur "la bonne pente". 

Anticiper les travaux de démantèlement

Outre les réacteurs en fonctionnement, la région Centre compte également cinq anciens réacteurs de la filière graphite gaz - deux à Saint-Laurent-des-Eaux et trois à Chinon - dont certains sont à l'arrêt depuis quarante ans. A l'issue de sa première inspection globale sur ces installations l'an dernier, l'ASN a demandé à EDF de "renforcer son organisation pour faire face à la montée en puissance des travaux de démantèlement" dans les années à venir.

L'association écologiste "Sortir du nucléaire", qui a organisé le 12 avril une manifestation d'un millier de personnes pour réclamer la fermeture de la centrale "vieillissante" de Chinon, a porté plainte contre EDF début avril "pour une quinzaine d'infractions à la réglementation des installations  nucléaires de base et au code du travail".  "Sortir du nucléaire", s'appuyant sur des constatations de l'ASN, dénonce la mauvaise protection des intervenants.

Sur le même sujet

Sécurité et effectif policier sur Tours

Les + Lus