Cet article date de plus de 6 ans

Dieudonné mis en examen pour fraude fiscale et abus de biens sociaux

Le parquet a confirmé, ce vendredi, la mise en examen de Dieudonné M'bala M'bala pour fraude fiscale, blanchiment et abus de biens sociaux à Paris, datant du 10 juillet. La police judiciaire avait notamment découvert 650.000 euros en liquide à son domicile en Eure-et-Loir. 
Dieudonné dans son spectacle "Le Mur" en 2014.
Dieudonné dans son spectacle "Le Mur" en 2014. © AFP - Thomas Samson
C’est une information dévoilée par nos confrères de l’Agence France Presse (AFP). Le polémiste a été mis en examen, cet été, dans un dossier financier pour fraude fiscale, blanchiment et abus de biens sociaux.

Cette mise en examen est intervenue le 10 juillet dans le cadre d'une information judiciaire confiée début avril au juge Renaud van Ruymbeke, après une enquête préliminaire du parquet de Paris.

Fin janvier, à l'occasion l'enquête préliminaire, les policiers de l'Office anticorruption de la police judiciaire avaient découvert 650 000 euros en liquide à son domicile, en Eure-et-Loir. Son avocat avait alors expliqué qu'il s'agissait du produit de la billetterie de son spectacle.
Le domicile de Dieudonné au Mesnil-Simon (Eure-et-Loir) Archives
Le domicile de Dieudonné au Mesnil-Simon (Eure-et-Loir) Archives © F3 Centre

Les enquêteurs se sont également interrogés sur plus de 400.000 euros expédiés depuis 2009 au Cameroun (dont 230.000 pour la seule année 2013), pays où il a des liens familiaux, alors que le polémiste, condamné à plusieurs reprises par les tribunaux, n'acquittait pas le montant de ses amendes. Il les a depuis payées.

Plusieurs procès à venir


Au mois de septembre, le parquet de Paris a ouvert une nouvelle enquête pour "apologie d'actes de terrorisme" après la diffusion d'une vidéo dans laquelle il ironise sur la décapitation du journaliste américain James Foley par l'Etat islamique.

Il doit être jugé le 26 novembre à Paris pour l'appel aux dons qu'il avait lancé sur Internet pour payer ses condamnations pécuniaires, ce qu'interdit la loi.

Il doit également comparaître le 28 janvier 2015, toujours à Paris, pour provocation à la haine raciale après des propos sur le journaliste de France Inter, Patrick Cohen.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
dieudonné justice