Les étudiants touchés de plein fouet par la précarité

Université François Rabelais à Tours, site des Tanneurs. / © F.Leroy
Université François Rabelais à Tours, site des Tanneurs. / © F.Leroy

Les conditions de vie des étudiants se dégradent. A Tours, plus de 1.000 étudiants sont en situation de précarité. Le Préfet d'Indre-et-Loire demande à l'association des étudiants de venir en aide aux plus démunis. 

Par D.Cros et F.Leroy

En France, les conditions de vie des étudiants divergent. Alors que certains d’entre eux jugent leurs conditions de vie acceptables, d’autres vivent des situations de précarité voire d’extrême pauvreté.  Ils ont du mal à "joindre les deux bouts" pour leurs dépenses courantes et pour se soigner. Les étudiants sont 26 % à déclarer avoir rencontré de réelles difficultés pour faire face aux dépenses courantes : alimentation, loyer ou encore factures d'électricité.

A Tours, le Préfet demande à l’Association des étudiants de l’épauler pour aider les plus démunis… Il est vrai que l’on parle souvent de ce phénomène mais on n’a pas vraiment idée de ce que vivent de plus en plus d’étudiants touchés par la précarité.

Sur les 25.000 étudiants de Tours, il y en a 1.000 qui vivent avec moins de 8 euros par jour.


Un chiffre confirmé par le Bureau des Étudiants.

 Cela signifie, entre autres, que ces 1.000 étudiants ne peuvent manger qu’une fois par jour, généralement le midi, au restaurant universitaire. Le reste du temps, ils grignotent… Comment se débrouillent-ils? Souvent, ils vont à l’épicerie sociale étudiante. Actuellement, la distribution se fait une fois tous les quinze jours, elle va prochainement être effectuée une fois par semaine, pour faire face à la demande croissante.

Les études supérieures sont pour certains encore une période transition plus ou moins confortable avant l’entrée dans la vie active… pour d’autres, c’est déjà une vraie galère…





Sur le même sujet

Les + Lus