• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • POLITIQUE

Exposition de Nicolas Muller, photographe hongrois, au Château de Tours

Cliché de Nicolas Muller / © France 3 Centre
Cliché de Nicolas Muller / © France 3 Centre

La collaboration entre le Jeu de Paume et le Château de Tours existe depuis 2010 et se concrétise à travers de nombreuses expositions. A partir de ce vendredi et jusqu'à fin mai, Nicolas Muller expose ses clichés. 

Par D.Cros et F.Leroy

Une fois de plus, le château de Tours accueille l’un des maîtres de la photographie : Nicolas Muller.  C'est l’une des grandes figures de la photographie sociale hongroise. Toute son œuvre a été façonnée par les contextes politiques et sociaux auxquels il a été confronté tout au long de sa vie. L’exposition réunit une centaine d’images et de documents issus des archives conservées par sa fille Ana Muller et sélectionnées par Chema Conesa. Le photographe a connu l’exil comme ses compatriotes, Eva Besnyö, Brassaï, Robert Capa, André Kertész et Kati Horna.

Une exposition réalisée grâce au concours du Jeu de Paume à Paris. 


Un partenariat heureux signé en 2010 qui permet au Château de Tours de voir défiler des images emblématiques. Elles sont signées par de grands noms de la photo : Muller, qui est exposé depuis ce vendredi matin, Gilles Caron, André Kertesz ou encore Jacques Henri Lartigue. Des expositions monographiques et thématiques, comme "La République des amateurs" ou "Les Photographies à l'œuvre". Pour le plus grand plaisir des Tourangeaux passionnés ou novices et des touristes étrangers.

Marta Gili, directrice du Jeu de Paume depuis 2006, est à l'origine de la collaboration entre son centre d'art parisien et le château de Tours. Les deux lieux d’exposition ont engagé un partenariat très fructueux qui permet aujourd’hui la diffusion en région de l’image contemporaine sous toutes ses formes. La région souhaite ainsi valoriser la photographie à caractère historique et patrimonial. On y trouve des donations à l’Etat, des fonds d’archives d’instituts privés ou publics. C’est donc une décentralisation, en région, pour assurer la découverte à un large public.

"La transmission des arts visuels", l’exposition de Nicolas Muller en fait bien sûr partie. Elle débute ce vendredi au château de Tours et se poursuit jusqu’au 31 mai 2015.

Sur le même sujet

Un parcours sécurisé pour les jeunes migrants

Les + Lus