Attaque au fourgon dans l'Eure : les maisons d'arrêt bloquées en soutien aux deux agents pénitentiaires tués

Des rassemblements spontanés sont en cours devant la maison d’arrêt de Châteauroux et la maison centrale de Saint-Maur en soutien aux deux agents pénitentiaires tués et aux trois blessés graves dans une attaque au fourgon dans l'Eure.

À Châteauroux, les agents de la Maison Centrale de Saint-Maur se sont rassemblés dès 8 heures devant l’enceinte de la prison. Seul le personnel médical et technique est autorisé à entrer. Toutes les activités au sein des établissements sont suspendues. 

L'ensemble des organisations syndicales de l'administration pénitentiaire ont appelé à une "journée prison morte" après l’attaque d’un fourgon dans l’Eure mardi vers 11h00.

Deux agents pénitentiaires ont été tués et trois autres blessés, avec un pronostic vital encore engagé pour l'un d'entre eux, au cours d'une attaque violente de leur fourgon au péage d'Incarville.

Un détenu présent dans le fourgon, qui revenait vers la maison d'arrêt d'Evreux où il était incarcéré après une audition au tribunal judiciaire de Rouen, s'est évadé avec la complicité de plusieurs malfaiteurs armés.

La recherche du détenu et de ses complices se poursuit mercredi matin.

Face aux agresseurs, les agents n'avaient qu'"un simple Sig Sauer contre des armes de guerre", a accusé Frédéric Liakhoff, secrétaire FO-Justice au Centre pénitentiaire de Caen.


L'intersyndicale pénitentiaire sera reçue à 14h par le ministre de la Justice. Ils réclament notamment "la réduction drastique des extractions en favorisant l'utilisation de la visioconférence des magistrats ou leurs déplacements en établissements", "une refonte et harmonisation des niveaux d'escorte".

Une minute de silence sera observée à 11h00 dans l'ensemble de l'administration, et le garde des Sceaux Eric Dupond-Moretti a appelé pour sa part à une minute de silence dans toutes les juridictions.