Blois, Chartres, Châteauroux et Montargis en lice pour le titre de "plus beau centre-ville de France"

Les quatre villes participent au concours organisé dans le cadre de la journée mondiale de la photo par la Fédération nationale des centres-villes (FNCV). Les internautes sont invités à voter sur les pages Facebook et Instagram "Vitrines de France" de la Fédération. Résultat le 6 septembre.
De gauche à droite et de haut en bas, les centres-villes de Blois, Montargis, Châteauroux et Chartres
De gauche à droite et de haut en bas, les centres-villes de Blois, Montargis, Châteauroux et Chartres © Capture d'écran Facebook / Fayd'herbe de Maudave Wilfried / Thimothy Bree / Benjamin Steimes / Arnaud Hebert

Un simple clic pour exprimer son avis sur la photo choisie pour illustrer le centre-ville des 57 villes choisies pour participer à ce premier concours. Les participants peuvent voter plusieurs fois sur plusieurs photos.

Il y aura six gagnants au final. "Le premier gagnant, ça va être au nombre de 'j’aime', de réactions sur les deux réseaux au prorata du nombre d’habitants de la ville, pour ne pas défavoriser les plus petites communes", explique Anne-Cécile Langlois, de la Fédération nationale des centres villes (FNCV). Avec à la clé, un titre et des lots de qualité, comme une animation et décoration d’une rue pour le premier.

Chartres, en tête des clics dans la région Centre-Val de Loire pour l'instant

Chaque photo doit être légendée et expliquer ce que le centre-ville représente. Chartres a choisi cette présentation : "7ème ville moyenne la plus dynamique, située au sud-ouest de Paris, compte 40 000 habitants et plus de 450 commerces. La gastronomie règne au cœur de ville grâce à ses restaurants, boulangeries, épiceries, pâtisseries et tous ses producteurs locaux que vous pouvez retrouver chez ses derniers. Chartres bénéficie également de spécialités comme le Mentchikoff."

Châteauroux, une "ville à taille humaine" autour de la place Gambetta

Il y est écrit : "le centre-ville de Châteauroux compte 350 boutiques et propose aux habitants une grande diversité commerciale pour une ville à taille humaine. La place Gambetta a été réaménagée en 2018 en concertation avec les commerçants pour devenir une véritable entrée de centre-ville passant d’un parking en une véritable place harmonieuse ouvrant sur la rue Victor Hugo. Une place toujours vivante grâce à son jardin urbain, son kiosque de type Baltard, la terrasse de la Brasserie et sa fontaine avec ses jets d’eau qui amuse petits et grands."


Blois et ses escaliers Denis Papin sur le podium

C'est littéralement un des hauts lieux de la cité loir-et-chérienne que Blois a choisi pour illustrer son centre-ville. "Les escaliers Denis Papin sont l’emblème du centre-ville de Blois ! Ils sont régulièrement décorés pour quelques mois afin de promouvoir un événement, un thème… Ici la ville de Blois met en avant le Livre et la Culture pour l’été 2021. Ces escaliers permettent de relier la ville haute et la ville basse. A ses pieds se trouvent 350 commerces blésois."

Montargis a des papillons dans le coeur (de ville)

"Dans la région Centre, la ville de Montargis surnommée la Venise du Gâtinais compte 131 ponts ou passerelles", écrit la ville loirétaine."Son centre-ville historique, aux multiples canaux et coins de verdure regroupe 450 commerces, dominés par le célèbre château royal de Montargis. La diversité commerciale, ses restaurants et son cadre de vie en font un des plus beaux détours de France."


 


Les internautes ont jusqu’au 6 septembre pour décider si une de nos quatre villes sera classée dans les six premiers.

La Fédération nationale des centres-villes, qu'est-ce que c'est ?

Créée il y a une trentaine d’années, la Fédération regroupe plus de 650 adhérents à travers la France. Elle se donne pour mission de redynamiser et de moderniser les centres-villes, avec l’appui de tout un réseau, la remontée des bonnes pratiques, le partage des informations, "car l’union fait la force" rappelle Anne-Cécile Langlois. "Ensuite nous mettons au point des outils pour aider les unions de commerçants, comme le chèque-cadeau, des prestataires qu’on va labelliser et qui vont proposer à nos adhérents des tarifs préférentiels." Devant le succès rencontré par ce premier concours, et face à ceux qui n’ont pas pu y participer, d’autres opérations similaires devraient être menées dans les prochains mois.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
économie économie numérique