Chèque énergie : 210 000 personnes ont reçu les 100 euros de bonus en Centre-Val de Loire

Publié le
Écrit par Thomas Hermans

La région fait partie de la première salve d'envois des chèques énergies de 100 euros, prévue entre ces 13 et 17 décembre. Un coup de pouce gouvernemental après la hausse du prix du gaz et de l'électricité au début de l'automne.

Critiqués mais attendus, les chèques énergies bonus de décembre viennent d'être envoyés dans une moitié des régions françaises, dont le Centre-Val de Loire, entre ce lundi 13 et ce vendredi 17 décembre. Les bénéficiaires sont ceux du chèque énergie habituel, versé au mois d'avril dernier à 5,8 millions de ménages modestes en France.

En Centre-Val de Loire, 210 000 personnes ont reçu le chèque énergie en 2021, pour un montant total versé par l'État de près de 30 millions d'euros dans la région. S'étalant de 48 à 277 euros par ménages, le chèque est en moyenne de 150 euros. En ce mois de décembre, le chèque bonus est de 100 euros pour tous les bénéficiaires, délivrés dans un délai de deux jours après envoie sans aucune démarche à faire.

La mesure fait suite à la montée en flèche du prix des énergies : selon l'Insee, les tarifs du gaz ont notamment grimpé de 41% entre décembre 2020 et octobre 2021. Si l'on y ajoute l'augmentation des prix des carburants et, dans une moindre mesure, de l'électricité, le surcoût serait d'une quarantaine d'euros en moyenne par ménage. De quoi consommer rapidement les 100 euros bonus du chèque énergie, assurait l'UFC-Que Choisir dans une étude en septembre dernier.

La facture la plus haute de France

En Centre-Val de Loire, le surcoût s'ajoute à une situation compliquée. Avec une moyenne de 244 euros, la région tient le record de la facture d'énergie mensuelle la plus haute de France selon le baromètre 2021 Monexpert-rénovation-energie.fr publié fin novembre. La moyenne nationale tourne en effet autour des 184 euros. 

Cette performance régionale n'est pourtant pas liée qu'à la taille des logements, ceux du Centre-Val de Loire n'étant même pas les plus vastes de France. 44% des sondés de la région estiment nécessaire la réalisation de travaux de rénovation énergétique, tandis que près d'un tiers disent ressentir une sensation de froid chez eux. Un logement sur cinq est ainsi classé comme une "passoire thermique" dans la région, et plus d'un quart des ménages sont concernés par la précarité énergétique d'après une étude menée par l'Insee en 2016.

Pourtant, plus de la moitié des habitants de la région disent ne pas envisager de travaux dans les deux prochaines années, citant une méconnaissance de la performance énergétique de leur logement, un manque d'information sur les aides à leur disposition, et un budget insuffisant. La région propose pourtant plusieurs aides financières aux particuliers et professionnels souhaitant sauter le pas. Objectif affiché par la majorité : rénover 30 000 logements chaque année.