À Saint Amand-Montrond, les habitants vont devoir désherber leurs trottoirs ou payer la facture

La ville de Saint-Amand-Montrond a décidé d’employer les grands moyens pour contraindre, ainsi que la loi l’autorise, les habitants à désherber devant chez eux. Désormais ceux qui ne s’acquitteront pas de cette tâche seront obligés de payer 37 euros de l’heure d’intervention des employés municipaux.

Le vote de la délibération prise lors du conseil municipal du 7 octobre dernier a permis de fixer le tarif d’intervention, qui sera réclamé à ceux qui, "récalcitrants", ne se soumettraient pas à ce qui leur incombe. Car l'entretien de sa parcelle de trottoir est rendue obligatoire par la loi et ça ne concerne pas que la neige !

Les produits chimiques, aujourd’hui bannis, rendent le travail de six agents municipaux plus long et plus difficile. La ville demande donc à tous un effort afin de ne pas être obligée d’augmenter les impôts, tout en gardant une ville "propre" que beaucoup d’administrés réclament.

245km de trottoirs à entretenir

L’entrée en vigueur de ce règlement va se faire très progressivement aux dires de Jacqueline Champion, adjointe au maire, en charge des travaux et du développement durable.

La première étape, c’est la pédagogie. Ce qui nous intéresse, c’est que les gens s’y mettent de plus en plus. Il ne s’agit pas de faire de la répression, il s’agit de lancer un mouvement incitatif.

"Cette facturation va naître après moult passages de la police municipale pour essayer de faire changer les choses". Les élus ont bien conscience de certaines difficultés qu’ils pourraient rencontrer auprès d’habitants peu enclins au jardinage ou trop âgés pour effectuer ce genre de tâches.

Comment faire quand on est âgé ou handicapé ?

Les personnes âgées ou handicapées pourront se rapprocher du centre communal d’action sociale (CCAS) pour trouver une solution. "On est conscient qu’il y a des personnes qui ne pourront pas le faire. Il n’est pas question de les stigmatiser. On va trouver des solutions avec eux, on a un service de CCAS, il y a aussi des associations d’insertion par le travail qui peuvent assumer ces tâches. Il y a plein de pistes, on essaiera de trouver une solution au mieux pour tout le monde".

Conseils de jardinage

Pour tous ceux qui sont prêts à devenir écocitoyen et à relever le défi du zéro herbe folle au pied de leur propriété : "premier conseil, un entretien courant. Ne pas attendre que l’herbe soit trop haute et abondante, utiliser les méthodes du passé, comme jeter l’eau bouillante de cuisson des pâtes sur l’herbe, faire un désherbant naturel, sel, eau, vinaigre, afin de stopper la pousse de l’herbe".

Et puis bien sûr ajouter la binette, éventuellement un désherbeur thermique ou une brosse spéciale et enfin le plus important, de l’huile de coude.

Développer l’écologie au cœur de la ville

Partant du principe qu’on ne peut pas considérer l’herbe comme étant "sale" et sachant qu’elle est un formidable réservoir de biodiversité, nécessaires aux oiseaux, aux insectes et à toute la faune qui la peuple, chacun sait qu’il faut évoluer et que le gazon anglais n’est plus pour beaucoup, un idéal. À Saint Amand, Jacqueline Champion, en charge des travaux, mais aussi du développement durable, a fait prévoir une clause pour ceux qui souhaitent voir la nature prendre le pas sur le minéral.

"L’arrêté prévoit également la possibilité de faire une plantation au pied de mur, pour embellir nos maisons. Ca peut-être une solution que les St Amandois peuvent adopter, plutôt que désherber, soigner et tailler des plantes vivaces pour embellir". Elle explique que la municipalité mène une politique de gestion différenciée au niveau de l’entretien des espaces verts.

"Justement il y a certains trottoirs qui vont être, qui sont de nouveau enherbés, où on laisse juste le passage pour les marcheurs, on retire certaines bordures, on fait des tontes retardées pour préserver la biodiversité, avec juste un passage très ras, pour que les gens puissent marcher, donc ça c’est déjà mis en place. Mais dans l’esprit des gens, herbes folles, c’est manque d’entretien, c’est pourquoi on va mettre de la signalétique pour expliquer pourquoi ici l’herbe n’est pas tondue à ras".

En conclusion on pourrait dire qu’on trouve de tout à St Amand. Il faut juste ne pas se tromper de quartier. En centre-ville, l’herbe folle n’a pas bonne presse et l’ignorer risque maintenant de vous coûter cher.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
jardinage loisirs sorties et loisirs justice société