Trois ans de prison dont un an ferme pour le chauffard qui a percuté un policier à Bourges : « pas suffisant », réagissent les collègues

Publié le Mis à jour le

Les faits se sont déroulés le samedi 30 juillet. « Des faits rarissimes à Bourges », témoignent les forces de l’ordre présentes ce jour-là. Un chauffard a refusé de se soumettre à un contrôle, les policiers ont alors fait usage de leur arme à feu. L’un des policiers s’est fait percuter. Ce lundi, l’auteur des faits était jugé en comparution immédiate.

Il avait d’abord pris la fuite pour finalement se rendre quelques heures après les faits. L’automobiliste, âgé d’une vingtaine d’années, était jugé ce lundi pour refus d’obtempérer aggravé. Il a été condamné à 3 ans de prison dont 2 ans avec sursis probatoire. Une peine loin de satisfaire les collègues du policier qui a été percuté. Ce dernier est sorti de l’hôpital depuis, avec 7 jours d’ITT (Incapacité temporaire de travail). Très choqué, il souffre de contusions et l’état de son genou reste un point d’inquiétude. 

Des faits « rarissimes »

Tous les policiers présents ce jour-là sont également choqués par ce qui s’est passé samedi dernier, au petit matin, indique une source policière. Ils effectuaient un contrôle de police, proche d'une discothèque avenue Jean Jaurès, à Bourges. A 5h45, un véhicule est arrivé vers les fonctionnaires de police. Malgré les injonctions de s'arrêter, le véhicule « moteur hurlant » a alors continué d'accélérer et les policiers se sont écartés. 

Selon le syndicat de police UNSA, le véhicule en question a d'abord freiné avant de réaccélérer brusquement vers un des policiers. Un fonctionnaire de police « voyant que son collègue allait être percuté imminemment » aurait alors fait usage de son arme de service à 4 reprises vers le véhicule. C’est alors que l’automobiliste a percuté un membre des forces de l’ordre. « Ces faits sont rarissimes à Bourges », raconte Yoann Leandri, secrétaire général adjoint zone ouest UNSA police. 

Devoir faire usage de son arme à feu lors d’un contrôle, ce n’est pas courant à Bourges ! Les collègues sont choqués. Trois ans de prison (dont 1 ferme) c’est trop peu au regard de la gravité des faits.

Yoann Leandri, secrétaire régional adjoint zone ouest UNSA Police

À la suite de sa condamnation, le Berrichon a été incarcéré.