Bourges : Les représentants syndicaux réclament des masques FFP2 pour tout le personnel de l’hôpital

À l’hôpital Jacques Coeur de Bourges, les représentants syndicaux lancent l’alerte sur les services dits « non-Covid » et réclament, entre autre, des masques FFP2 pour l’ensemble du personnel. Une demande qui n’a "aucun sens" selon l’Agence Régionale de Santé (ARS). 

L'établissement de santé recrute du personnel soignant
L'établissement de santé recrute du personnel soignant © Céline Durchon - France 3 Centre-Val de Loire
"Le personnel a peur et ne se sent pas en sécurité avec les masques chirurgicaux, donc nous voulons équiper plus de personnes avec des FFP2 !" déclare la CGT de l'hôpital Jacques Coeur de Bourges

Un Comité d’Hygiène, de Sécurité et des Conditions de Travail (CHSCT) extraordinaire s'est tenu ce vendredi 24 avril 2020 avec la direction de l’hôpital. 

Nous avons fait une demande pour équiper tout le personnel à ce CHSCT. La réponse obtenue? On nous a fait un rappel de l’utilisation des masques, Armelle Paris, infirmière et déléguée CGT à l’hôpital Berruyer. 

Sur 138 membres du personnel testés, 46 sont positifs, et 92 négatifs. Des cas qui, selon la déléguée de la CGT, "auraient pu être évités avec des masques FFP2."

Toujours selon la CGT, "des patients sont transférés, non testés et avec de la fièvre, dans des chambres doubles permettant largement au virus de se propager, et touchant notamment des patients fragiles."

Cela concernerait les services de médecine polyvalente, de soins de suite et de réadaptation gériatrique qui prend notamment en charge les insuffisances organiques (cardiaque, respiratoire, rénale et neurologique), les chutes, la rééducation orthopédique. 
Il y a des services étiquetés Covid-19, et d'autres non.

Dans ces derniers il y a parfois des suspicions de cas qui demandent d'être transférés pour être testés "mais s’ils sont testés négatifs, ils reviennent dans les services d’origine", selon Armelle Paris. 

12 000 masques FFP2 par semaine à l’hôpital 

Selon la direction de la communication de l’hôpital Jacques Coeur de Bourges, l’établissement estime suivre les recommandations nationales et prendre toutes les précautions utiles. Les patients suspectés d’être atteints du coronavirus sont systématiquement placés en chambre seule, en attendant d’être testés.

Les patients dont le diagnostic de Covid-19 est avéré, après test, peuvent être placés en chambre double mais uniquement avec un autre patient atteint du même agent infectieux.

Concernant les masques et le stock de FFP2 :

Nous avons pris le parti d'aller plus loin que les recommandations nationales relatives au port du masque FFP2 en permettant aux professionnels de toutes les unités Covid-19 d'en être équipés systématiquement et pour tous les soins déclare la direction de l'établissement. 

Le stock de masques est géré par l’Agence Régionale de Santé (ARS). 
Pour Bertrand Moulin, directeur de la délégation départementale du Cher de l’Agence Régionale de Santé :

A l’hôpital, il n’est pas question de doter tout le monde de masques FFP2, cela n’aurait aucun intérêt. Des doctrines ont été distribuées aux établissements pour les ports de masques. Ceux qui doivent porter des masques FFP2 sont les personnes en contact direct des personnes Covid et ayant des gestes invasifs : faire des prélèvements, donner à manger etc. 

L’établissement Jacques Coeur reçoit 12 000 masques FFP2 et 25 000 masques chirurgicaux par semaine. 

Au moment où nous écrivons cet article, 140 000 masques ont été libérés du stock départemental à destination de différents établissements du Cher : hôpitaux, EHPAD .. et à destination de professions qui sont en contact direct avec des personnes présentant des symptômes de Covid-19 : médecins, associations etc.  

"Aujourd’hui, il n’y a pas de problèmes importants de distributions de masques, nous arrivons à répondre à la demande", termine Bertrand Moulin.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus santé société
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter