"C'est carré" : entre ambiance folle et malaises, le rappeur Werenoi enflamme la scène du Printemps de Bourges

Hier pour la soirée rap, le Printemps de Bourges a accueilli le plus gros vendeur d’albums en France en 2023 : Werenoi. Je vous raconte ce concert, une première pour moi.

Je ne vous le cache pas. La scène rap ne m'est pas familière. L'auto-tune même bien dosé, ce n'est pas mon truc. Avant mon arrivée à Bourges, je n'avais jamais entendu parler de Werenoi. Je n'arrivais même pas à prononcer son nom. Je vous aide ! On dit Ouairenoi.

Le nouveau patron du rap français

L'artiste repéré par Lacrim connaît un succès foudroyant. Ses premiers morceaux remontent seulement à 2021. Et le rappeur vient de recevoir il y a quelques jours la Flamme de l’album rap de l’année pour son album Carré. Album le plus vendu en France en 2023, tout style musical compris. En deux ans, il est devenu le patron du rap en France. Et ça, c'est carré !

Werenoi est connu pour sa discrétion. Il parle très peu de lui. Difficile de savoir son nom, de connaitre son âge.

Le concert commence à 20h35 devant un public déjà en surchauffe. Bianca Coasta, Bekar et H Jeunecrack ont déjà fait leurs shows avant lui. 

La mise en scène est intimidante. Trois gardes de corps l'encadrent, vêtus de noir, cagoulés, regardant la salle avec un regard imposant. Le jeune public - très jeune, moyenne d'âge 18 ans - ne semble pas impressionné. La température monte d'un cran !

Le concert commence avec la chanson 16.02.2024. Le public connaît les paroles par cœur. Il enchaîne avec Tu connais, toujours accompagné de son chœur de fans. Ainsi de suite... Je suis impressionnée, les festivaliers connaissent le répertoire de l'artiste sur le bout des doigts. Par endroit on danse le pogo. Le rappeur déroule sa setlist. L'échange avec son public se fait attendre.

"C'est trop chaud ici, la vie de ma mère"

Dans la fosse, les malaises se suivent les uns après les autres. L'ambiance est tendue au plus près de la scène. Je suis spectatrice du ballet incessant des secouristes qui courent pour porter secours aux spectateurs - des jeunes filles essentiellement - en larmes, inconscients, en crise de panique. Le chanteur tente de calmer la foule : "Faites attention, y'a des gens fragiles dans la salle". Les agents de sécurité et les secouristes lancent des bouteilles d'eau, mais rien n'y fait. Le rappeur s'arrête de chanter. Il est inquiet : "C'est trop chaud ici, la vie de ma mère. On fait une petite pause. Il interpelle les organisateurs : "Faut gérer ça l'équipe. On va vous ramener de l'eau. C'est carré."

Ce moment d'humanité a enfin créé le lien qui manquait jusque là entre le rappeur et son public.

55 minutes se sont écoulées, le concert se termine avec La league, le titre aux 42 millions de vues sur Youtube repris par l'ensemble du W. L'auto-tune n'est définitivement pas mon truc. La scène rap reste toujours aussi étrangère pour moi. Je croise deux jeunes filles rencontrées dans l'après-midi et je leur demande leur ressenti : "C'était trop trop bien !" . Elles ont aimé et ça, c'est le principal !

Le rappeur sera l'incontournable des festivals de l'été prochain. Après le Printemps de Bourges, Werenoi a déjà été annoncé sur plusieurs affiches comme les Francopholies de la Rochelle, en juillet.