"Je n'oublierai pas que Bourges, c'est mon premier festival" : De TikTok au Printemps de Bourges, Nuit Incolore chante Crush, Dépassé...

durée de la vidéo : 00h02mn36s
{} ©France télévisions

Le chanteur Nuit Incolore est présent au festival du Printemps de Bourges au Palais d'Auron. Il répond aux questions de Céline Durchon.

  • L'artiste qui nous fait l'honneur d'être avec nous est Nuit Incolore. Théo Marclay de son vrai nom, rien à voir, on est d'accord, pourquoi ce nom ?

"Nuit incolore, ça peut être un peu le titre d'une tisane, je sais, mais c'est parce que je cherchais quelque chose d'un peu poétique. Je ne pensais pas l'assumer par le temps, mais comme je compose la nuit et comme je passe beaucoup de nuits blanches, quand même très noires : Nuit Incolore m'est venu."

  • Je crois que Dépassé a commencé sur TikTok d'abord et finalement vous a dépassé si je peux me permettre le jeu de mots ?

"Complètement et encore mieux Dépassé a commencé dans mon petit chalet Suisse avec vraiment tous les clichés à la Suisse : vaches, prairies, en plus je suis allergique au pollen... Donc ce n'était pas super glorieux, mais effectivement, c'est un petit extrait de 15 secondes qui a pris de l'ampleur et qui maintenant me permet de chanter en karaoké géant dans toute la France."

  • Vous avez un peu cette inspiration manga, K-Pop, dans votre univers ?

"Effectivement bon, ça se voit un peu à mon visage aussi, mais tout ce qui est culture asiatique m'intéresse. Alors outre la gastronomie, enfin, je suis un grand fan de bouffe... Donc étant allé plusieurs fois au Japon, j'ai pu admirer tout le respect  de cette culture en soi et pour moi, c'est enrichissant, c'est de la découverte et ça me permet de créer."

  • On peut croire que votre univers paraît un petit peu sombre et triste, mais finalement, à travers votre album La loi du papillon, il y a cet amour de la vie qui transparaît quand même ?

"La loi du papillon, ça parle du parcours de mon âme, sans ego trip bien sûr. Mais ça part du Vietnam, de l'endroit où j'ai été adopté dans l'inconnu à maintenant. Par exemple, Bourges sous le feu des projecteurs, comme un papillon qui prend son envol."

  • Vous êtes content d'être à Bourges aujourd'hui ? C'est le premier festival pour vous ?

"C'est mon premier Bourges et tout simplement aussi le premier festival de cette année bien entendu, et j'étais trop heureux d'y être d'ailleurs, j'étais un peu stressé et voilà."

  • Les gens ne viennent pas que pour vous voir, ils viennent au festival le Printemps de Bourges. Il y a un challenge supplémentaire de devoir conquérir un petit peu un public qui ne vous connaît pas finalement ?

"Je n'ai pas envie de le forcer à apprécier ma musique. Je vais pousser la chansonnette comme un ménestrel et je suis content si ça plaît à des gens. En tout cas, je compte me donner à fond sur scène, ça ne changera pas."

  • Quelle est la suite pour vous cette année ? Après Bourges, c'est l'enchaînement des festivals, c'est l'enchaînement d'autres concerts ?

"Pour moi, 2024, c'est vraiment une grande année de concerts, mais je n'oublierai pas que Bourges, c'est mon premier festival."

L'actualité "Culture" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Culture" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité