Une unité de CRS en renfort de la police nationale dans les quartiers nord de Bourges

Alors que deux policiers municipaux de Bourges sont en garde à vue après l'ouverture d'une enquête pour déterminer les circonstances de l'accident de scooter de deux jeunes pendant leur interpellation, dans la nuit du mardi 16 au mercredi 17 avril 2024, une demi-douzaine de poubelles et trois véhicules ont été incendiés, dans les quartiers nord de Bourges.

La préfecture du Cher ne veut pas faire de lien avec l'accident de scooter qui a eu lieu après un refus d'obtempérer et l'incendie de trois voitures et quelques poubelles dans le quartier de la Chancellerie au nord de Bourges. Néanmoins, pour éviter tout embrasement et maintenir l'ordre public, la préfecture du Cher a publié un communiqué de presse. 

Afin d’assurer la sécurité des quartiers Nord de la ville de Bourges, une unité de CRS viendra renforcer les effectifs de la direction départementale de la police nationale (DDPN) ce soir et cette nuit.

La Préfecture du Cher

"Dans le quartier on a été très choqués d'apprendre ce qui s'est passé, témoigne une habitante au micro de France 3. C'est des jeunes qu'on connait bien ils faisaient du rodéo. Les policiers n'avaient pas le droit de les prendre en chasse puisqu'ils n'avaient pas de casques. Encore une bavure policière qui débouchera sur rien", déplore-t-elle. Cette riveraine craint une montée de violence dans le quartier pour les jours prochains. 

Deux policiers municipaux en garde à vue

Les deux policiers municipaux impliqués, "n'ont pas activé leurs caméras-piétons"  lors de l'interpellation, selon une source policière citée par l'AFP. 

Selon le maire de Bourges Yann Galut, les deux policiers ont été placés en garde à vue. Ils reconnaissent avoir fait usage d'un gaz lacrymogène, mais réfutent avoir engagé une course poursuite avec le conducteur du scooter. À la suite de leur chute, les deux jeunes ont été transportés à l'hôpital par les secours. Le pronostic vital d'un conducteur de scooter, qui a chuté après avoir refusé de s'arrêter lors d'un contrôle de police lundi soir à Bourges, est toujours engagé selon la procureure de Bourges.