Les urgences de l'hôpital de Bourges souvent saturées vont s'agrandir

Les travaux des urgences de l’hôpital de Bourges débutent ce mardi 9 avril avec la pose de la première pierre. Objectif, agrandir et restructurer le service des urgences de l’hôpital de Bourges qui est à saturation depuis plusieurs années.

7h42, c’est le temps d’attente moyen estimé pour un patient qui entre aux urgences Jacques Cœur avant sa prise en charge. Comme de nombreux centres hospitaliers, l’hôpital de Bourges fait face à une pénurie de personnel. Il manque chaque année environ 45 équivalents temps plein. Et selon un rapport de la Cour régionale des comptes publié en ce début d’année 2024, "le service des urgences est celui qui présente la situation la plus critique". En effet, les urgences de l’hôpital représentent près de la moitié des dépenses en intérim pour l’hôpital de Bourges.

LIRE > Inflation, déficit, vétusté... plusieurs hôpitaux du Centre-Val de Loire au bord du gouffre financier

La direction de l’hôpital Jacques Cœur a donc engagé des travaux visant à agrandir et améliorer le service des urgences. Lancés avec un an de retard (les travaux devaient initialement commencer mi-2023), c’est ce mardi 9 avril que la première pierre des futures urgences de Bourges a été posée. Des travaux qui interviennent dans un contexte de saturation des urgences de l’hôpital de Bourges avec un projet qui a évolué. 

De nouvelles urgences, nous en rêvions afin de mieux accueillir nos patients et offrir de meilleures conditions de travail à tous ceux qui se dévouent à leur service.

Isabelle Meyer, Cheffe du service d’accueil des urgences

En 20 ans, le nombre de passage au service des urgences du centre hospitalier de Bourges a bondi de 38%. Ouvertes en 1994, les urgences de Bourges sont donc devenues, 30 ans plus tard, trop petites.

Fluidifier l’arrivée des patients

La promesse de ces nouvelles urgences est donc de désengorger le service, mais aussi d’offrir de meilleures conditions de travail au personnel. L’hôpital l’assure, ces nouvelles urgences permettront d’organiser au mieux le flux des patients avec des circuits dédiés pour les enfants et les personnes âgées, mais aussi d’améliorer l’efficacité de la prise en charge des patients avec plus de confidentialité et des premiers diagnostics posés plus rapidement.

Une fluidification plus que nécessaire puisque la Cour des comptes pointe dans un rapport publié en début d’année que les patients attendent en moyenne près de huit heures aux urgences avant d’être pris en charge. 

Le temps moyen passé aux urgences à Bourges est de 7h42 en moyenne contre 4,85 en Centre-Val de Loire et 5,6 heures au niveau départemental

La Cour Régionale des comptes

Ces nouvelles urgences prévoient trois lieux d’attentes plus confortables ainsi que des espaces de déchocage avec des parois fixes, en lieu et place des paravents que doit utiliser actuellement le personnel.

30% de surface en plus

Le bâtiment comportera également dix boxes pour patients en circuit long (réservé aux patients qui ont besoin d'examens complémentaires, voire d'une hospitalisation) et quatre en circuit court. Quatre boxes seront également consacrées au secteur gériatrique et une zone d’isolement pour les patients escortés par les forces de l’ordre sera mise en place.

Au total, les urgences passeront de 16 à 28 boxes avec une ambition clairement affichée pour le directeur de l’hôpital, Rémi Fauquembergue, "zéro brancard dans les couloirs des urgences du centre hospitalier Jacques Cœur". Pour le personnel aussi, il devrait y avoir plus d’espaces de soins, plus de bureaux et davantage de lumière naturelle. "Les conditions de travail sont importantes aujourd’hui pour les professionnels de santé, il y a une concurrence forte." souligne le Directeur de l’hôpital, Rémi Fauquembergue.

Avoir un service tout neuf c’est un élément d’attractivité important"

Rémi Fauquembergue, directeur de l'hôpital

À la fin des travaux, prévus pour 2026, la superficie des urgences passera de 1200 à plus de 1800m².

Un parking dédié aux urgences

Clara de Bort, Directrice de l’ARS Centre-Val de Loire souhaite toutefois "beaucoup de courage aux équipes qui vont supporter les travaux pendant deux ans, beaucoup de courage aussi aux patients et aux familles, car cela va être des conditions de prises en charge – et ça l’est déjà depuis le déménagement – plus compliqué, des conditions de stationnement plus compliquées aussi.

On va tous et toutes devoir être solidaires plus encore que d’habitude avec l’hôpital Jacques Cœur en travaux.

Clara de Bort, Directrice de l’ARS Centre-Val de Loire

Car si le projet prévoit la création d’un parking de 22 places uniquement dédié aux urgences - une nouveauté pour les patients dits "légers" qui arrivent par leurs propres moyens - une quinzaine de places seront condamnées le temps du chantier. Ce nouveau parking sera créé au niveau de la plateforme du 15 et de l’établissement français du sang. De nouvelles places de parking pour les besoins de l’ESF seront identifiées provisoirement, promet la direction de l’hôpital. C’est au niveau des locaux de l’ancien service de l’unité d’hospitalisation de très courte durée que la première tranche de travaux débutera. Sur ce plateau béton seront reconstruites quatre salles de consultation, dont une pédiatrique, ainsi que l’espace de déchocage, le secrétariat, le bureau d’admission et les locaux techniques. Ce chantier à dix millions d’euros est financée par l’Agence Régionale de santé à hauteur de 31%. La Cour des comptes déplore toutefois que cet investissement ait été longtemps retardé. Depuis 2015, l’hôpital de Bourges connaît une dégradation de sa situation financière, notamment due au recours trop important d’intérims dans son personnel. 

L'actualité "Société" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Société" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité