La police municipale de Bourges bientôt armée : l'annonce fait débat

Philippe Mercier, adjoint au maire en charge de la sécurité et Pascal Blanc, maire UDI de Bourges souhaitent armer la police municipale / © G. Teissier
Philippe Mercier, adjoint au maire en charge de la sécurité et Pascal Blanc, maire UDI de Bourges souhaitent armer la police municipale / © G. Teissier

Après les attentats de Paris, le Président de la République François Hollande a proposé l'armement des policiers municipaux pour renforcer la sécurité sur le territoire. Le maire de Bourges Pascal Blanc (UDI), qui projetait de le faire, souhaite accélérer le processus pour sa ville.

Par A. Métais / E. Cadier

Après les attentats de Paris du vendredi 13 novembre, le Président de la République François Hollande a proposé mercredi 18 novembre l'armement des policiers municipaux dans le but  de renforcer la sécurité sur le territoire. Le gouvernement a également annoncé que les armes seraient prélevées sur les stocks de la police nationale. 

Après Lyon, première ville à franchir le pas, c'est au tour de Bourges (Cher) de vouloir s'équiper

Ce mardi, le maire de Bourges, Pascal Blanc (UDI) l'a annoncé lors d’une conférence de presse. Il souhaite lui aussi équiper sa police d'armes.

Leur rôle ne doit pas être cantonné aux simples PV et à la circulation en ville, il faut être dissuasif,  a-t-il dit.


Officiellement, cette démarche n’est pas liée au climat sécuritaire post-attentats, la réflexion avait eu lieu bien en amont. Mais la communication a été accélérée par ces événements tragiques. Lors de sa campagne, Pascal Blanc avait entendu la demande de la population et des policiers municipaux qui s’estimaient "désarmés" pour faire face à certaines situations.

Brigade de nuit et Tasers

Pascal Blanc souhaite donc mettre en place une brigade complémentaire de nuit, de 20h00 à minuit, voire 1 heure de matin. Selon le maire et son premier adjoint à la sécurité Philippe Mercier, ces horaires nocturnes justifient le port d'armes collectif (tasers) et individuel (armes de poing). Ces armes de poing, données par la police nationale sur proposition de la Préfecture du Cher, sont d’occasion. La ville prendra en charge l'achat de 3 Tasers pour un coût total de 10 000 euros. 
   

9 jours de formation

A Bourges, ce nouveau port d’armes pourrait concerner 22 policiers sur 27. Mais avant cela, il faudra former ces policiers et leur faire passer des tests psychologiques pour qu’ils soient habilités : une formation courte de 9 jours et demi et une formation continue annuelle. En fonction des résultats, l’arme pourra être retirée. Face à la saturation des centres de formation cet équipement ne pourra être effectif qu'à partir de juillet 2017, mais question que la police municipale soit armée à vie. 

Avant cette mise en place, il y aura également un débat avec l’opposition, lors du conseil municipal ce vendredi. 

Sur le même sujet

Les + Lus