• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • POLITIQUE

Cher : de l'électricité pour stimuler son potager, que savez-vous de l'électroculture ?

Dans le Cher, Arnaud Colombier étudie l'électroculture. Photo d'illustration. / © Joel Sage / AFP Photo
Dans le Cher, Arnaud Colombier étudie l'électroculture. Photo d'illustration. / © Joel Sage / AFP Photo

L'électroculture est une technique agricole ancienne, remise au goût du jour par de rares passionnés dont Arnaud Colombier, physicien habitant de Poisieux dans le Cher, qui travaille sur le sujet depuis cinq ans. Explications. 

Par France 3 Centre-Val de Loire

Chaque jour, Arnaud Colombier se rend dans sa serre laboratoire à Poisieux, dans le Cher. C'est là que le physicien poursuit ses observations sur l'électroculture. Il travaille sur le sujet depuis cinq ans et est même l'auteur d'un livre sur l'électroculture, une technique agricole ancienne mais qui revient sur le devant de la scène en tant qu'alternative aux engrais chimiques. 
 

En quoi ça consiste ? 

"Je place des électrodes en métal de part et d'autre de la jardinière. Elles sont reliées à un générateur par des fils électriques, il s'agit d'un petit boîtier sur lequel nous avons deux panneaux solaires et à l'intérieur, une carte électronique qui permet d'envoyer une micro-puissance électrique à l'intérieur de la terre", détaille Arnaud Colombier. Selon ce dernier, la terre s'enrichit et la croissance des plantes est de 30 à 50% supérieure. Pour la germination des graines, il indique que l'on peut on peut atteindre 100%. Ce système fonctionne au potager, s'il n'excède pas 700 m2 mais par le biais de ses recherches, Arnaud Colombier espère proposer des méthodes viables en agriculture.

"Dans les années 1900, il y avait au moins 450 chercheurs qui travaillaient sur l'électroculture", souligne Arnaud Colombier. L'électroculture existe depuis longtemps mais l'engouement n'a pas perduré face à l'arrivée des engrais chimiques.

Regarder le reportage de Catherine Lacroix, Francis Simoes et Delphine Vandal-Morin :
 

 

Sur le même sujet

Pourquoi un terminal Pôle Emploi à Artenay ?

Les + Lus