Délinquance dans le Cher : hausse des accidents mortels et des violences

Conférence de presse sur le bilan 2017 de la délinquance dans le Cher en présence du Colonel de gendarmerie du Cher, Rudy Gaspard, de Jérôme Millet, directeur de cabinet de la préfète, Catherine Ferrier, préfète du Cher, de Joël Garrigue, procureur de la République et de Brigitte Siffert, Direction départementale de la sécurité publique. / © AM
Conférence de presse sur le bilan 2017 de la délinquance dans le Cher en présence du Colonel de gendarmerie du Cher, Rudy Gaspard, de Jérôme Millet, directeur de cabinet de la préfète, Catherine Ferrier, préfète du Cher, de Joël Garrigue, procureur de la République et de Brigitte Siffert, Direction départementale de la sécurité publique. / © AM

Les chiffres de la délinquance 2017 dans le Cher sont tombés aujourd'hui. En hausse, les accidents mortels et les violences aux personnes. 

Par AM

Le Cher reste un département tranquille, en-dessous des moyennes nationales pour la délinquance. A ce titre, il n’y aura pas de renfort dans le cadre de la police de sécurité du quotidien, mais des projets de ‘groupes de contact en zone gendarmerie, soit davantage de patrouilles sur le terrain. C’est le résultat des statistiques annoncées ce matin lors d’une conférence de presse en Préfecture du Cher en présence des autorités locales.


Un point noir : les accidents mortels sur les routes du Cher.

Il y a eu 25 morts et 248 blessés l’année dernière. Un chiffre en nette augmentation : 14 morts en 2016 et 21 en 2015.
La préfète, Catherine Ferrier, n’est pas satisfaite de ces mauvais résultats. C’est pourquoi, grâce aux procès-verbaux, les gendarmes vont étudier les accidents des deux dernières années pour en comprendre les causes et dresser le profil des conducteurs.
D’ores et déjà, l’alcool, les stupéfiants, la vitesse et l’inattention sont les principales causes de ces accidents graves.


Autre point sensible : les violences envers les personnes.

Gendarmes et policiers recensent 2114 faits, contre 1905 en 2016.
La préfète, sensible aux violences au sein de la famille, souhaite qu’il y ait des assises sur ce vaste sujet de société. Elles auront lieu le 15 mars prochain à Bourges :

Catherine Ferrier, préfète du Cher



Les pré-plaintes en ligne seront étendues aux violences familiales.
Elle dresse le profil-type du délinquant dans le Cher :


« Généralement c’est monsieur tout-le-monde, un homme qui cogne, qui boit et qui a des accidents. Un homme qui est aussi dans le déni », ajoute-t-elle.



Escroqueries en augmentation sur le web

Les escroqueries sont également en augmentation, principalement sur internet. Les victimes sont souvent des seniors plutôt naïfs sur les pratiques du web. C’est ce que détaille le commandant du groupement de gendarmerie Rudy Gaspard :

Rudy Gaspard, Commandant du groupement de gendarmerie du Cher



Des arnaques régulièrement dénoncées par les autorités sur le compte Facebook de la gendarmerie du Cher ou de la Préfecture. 



Sur le même sujet

Musée Girodet à Montargis : un musée rénové (épisode 1/4)

Les + Lus