• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • POLITIQUE

L'instigatrice des tortionnaires de Saint-Doulchard s'est suicidée à la maison d'arrêt de Bourges

La prison du Bordiot, à Bourges. / © F3 Centre-Val de Loire
La prison du Bordiot, à Bourges. / © F3 Centre-Val de Loire

C'est le second suicide, en seulement quelques mois, à la maison d'arrêt du Bordiot à Bourges. Une femme d'une trentaine d'années s'est pendue dans sa cellule dans la nuit de mercredi à jeudi. Elle était l'investigatrice, en 2011, de l'affaire des tortionnaires de Saint-Doulchard. 

Par D.Cros

Une détenue d’une trentaine d’années a mis fin à ses jours à la maison d'arrêt du Bordiot à Bourges. Elle s’est suicidée dans la nuit de mercredi à jeudi. Elle a été retrouvée pendue dans sa cellule après avoir eu la confirmation de sa longue peine devant la cour d'assises. Selon le Parquet : "elle avait été condamnée à 25 ans de réclusion criminelle par la cour d'assises de la Nièvre". 

Il s’agit du deuxième cas de suicide en quelques mois. En décembre dernier, une femme de 19 ans, avait elle aussi été retrouvée pendue dans sa cellule.

 / © F3 Centre-Val de Loire

Elle faisait partie, en 2011, des tortionnaires de Saint-Doulchard

Le Parquet a de nouveau communiqué sur cette affaire, ce jeudi après-midi, vers 17 heures. On connaît désormais l'identité de la jeune femme qui s'est donnée la mort. Laetitia, mère de 5 enfants était âgée de 32 ans.  Elle faisait partie des tortionnaires de Saint-Doulchard et en était même l'instigatrice. 

Lire : Le procès des tortionnaires de Saint-Doulchard (Cher) en appel

En 2011, une Berruyère de 35 ans, sous curatelle renforcée, avait été séquestrée dans un pavillon de Saint-Doulchard (Cher), frappée, torturée, violée et humiliée pendant plus d’une semaine. Aux assises en janvier 2013, les tortionnaires avaient écopé de 20 et 10 ans de prison. Ils avaient été entendus pour tentative de meurtre, viol et acte de barbarie en réunion.

A lire aussi

Sur le même sujet

"BatOloire" : le transport atypique de l'été à Orléans

Les + Lus