Coronavirus : les initiatives solidaires fleurissent dans le Cher pour aider nos anciens

Pour venir en aide à nos aînés, la solidarité s'organise dans nos campagnes. Dans le Cher, comme ailleurs, les petites communes rivalisent d'ingéniosité, de dévouement, d'entraide, pour accompagner au mieux les personnes âgées, confinées chez elles.
 

Boulangerie ouverte à Saint-Germain-du-Puy
Boulangerie ouverte à Saint-Germain-du-Puy © A. Wernert

À Trouy, l'alliance des trois commerçants

Trouy Bourg, 2000 habitants. Une commune du Cher à quelques kilomètres de Bourges, entourée par les champs. On y respire l'air pur de la campagne. Trouy est animée par ses quelques commercants : le boulanger, l'épicier et le charcutier. Les trois sont implantés en centre-bourg. Une vraie vie de village, qui depuis quelques semaines est rythmée par l'épidémie. Ici aussi, on porte un masque quand on vient faire ses quelques emplettes, ici aussi on se tient à distance les uns des autres, et ici aussi, on préfère rester chez soi plutôt que de sortir

Alors les trois commerçants se sont alliés, pour ne former qu'une seule équipe. Celle de la solidarité. La règle est simple : aider les personnes âgées contraintes de rester chez elles.  En général, l'histoire commence par un coup de téléphone. C'est Fanny qui répond, elle est charcutière."Bonjour Monsieur, pas de soucis, aujourd'hui je vous prépare trois tranches de jambon, deux merguez, et un peu de pâté."

Aussitôt dit, aussitôt fait. La commande de charcuterie terminée, elle part immédiatement chez le voisin.

Il s'appelle Saïd, il est le gérant de la supérette du village. Lui complète la commande avec quelques produits de première nécessité : quatre bananes, deux boîtes de thon, une tablette de chocolat et deux steaks hachés. A cela s'ajoute la baguette de la boulangerie d'en face"Une fois que le panier de courses est prêt, je le mets dans ma voiture. Quand j'en ai quelques uns, je peux partir en livraison". 
De maison en maison, Saïd sillonne le petit village. A la rescousse de ses clients habituels, mais aussi de ceux qu'il découvre. 

"C'est aussi mon devoir dans ce petit village d'aider tout le monde, surtout durant cette période difficile." 

Les livraisons s'enchainent. Saïd arrive chez Albert, un fidèle client, désormais confiné chez lui. Mais pas de quoi rompre les liens. Le vieil homme de 93 ans reste fidèle à Saïd, devenu le temps de l'épidémie son épicier à domicile. 

"C'est formidable ce qu'ils font les commerçants ! Je ne peux pas sortir, on n'a pas le droit, donc grâce à eux, je ne prends pas le risque de le faire." 

Trois commerces de proximité, élevés au rang de commerces de solidarité. La clé peut-être pour maintenir le lien, pour entretenir une vie de village, et pour protéger les commercants, face à l'épidémie. 

À Saint-Germain-du-Puy, la mairie livre le repas 

Même défi solidaire à Saint-Germain-du-Puy, autre commune en périphérie de Bourges. C'est la mairie qui a pris les devants pour épauler les personnes âgées durant le confinement. "On cuisine le matin dans notre cantine inter-générationnelle. En ce moment, évidemment, elle est fermée. On en profite alors pour livrer les repas à domicile", se rejouit Marie-Christine Baudouin, maire de la commune. 

Ce service existait déjà avant le confinement. Depuis quelques semaines la demande a explosé. 

"Avant on livrait une cinquantaine de repas par jour, aujourd'hui on est presque à une centaine", précise Valérie Mercier, assistante technique à la ville de St-Germain-du-Puy. 

La livraison du jour se termine chez Odette. Elle vient de fêter ses 84 ans. La vieille dame vit seule, hors de question pour elle d'aller se ravitailler. Elle a donc rapidement approuvé la solution proposée par la mairie. 

"Ca me rend beaucoup de services, c'est bien cuisiné, c'est toujours à l'heure, j'ai rien à redire, bravo !" félicite-t-elle.

D'autres communes du départements ont vu fleurir des initiatives solidaires à destination des anciens. C'est le cas à Avord, où des produits peuvent aussi être livrés directement chez l'habitant, tout comme à Villequiers.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus/covid-19 santé société solidarité personnes âgées