Coronavirus : comment les personnes âgées vivent-elles le confinement ?

Le Dr Bernard Mercier, chef du service gériatrie au centre hospitalier de Blois / © Vanessa Meyer/ l'Alsace: Maxppp et Marine Rondonnier-France Télévisions
Le Dr Bernard Mercier, chef du service gériatrie au centre hospitalier de Blois / © Vanessa Meyer/ l'Alsace: Maxppp et Marine Rondonnier-France Télévisions

Dans le Loir-et-Cher, plus de 100 000 personnes ont plus de 60 ans et la grande majorité vit à son domicile. Soit plus de 30% de la population. Comment vivent-elles ce confinement loin de leurs enfants et leurs familles? Le Dr Bernard Mercier, gériatre au Centre hospitalier de Blois nous répond. 

Par Marine Rondonnier

Je n'ai pas vraiment d'inquiétudes pour les personnes âgées en zone rurale. Elles ont la sagesse et l'expérience de l'âge. Elles sont moins dans la psychose que les jeunes.


Pour le Docteur Bernard Mercier, chef du service gériatrie de l'hôpital de Blois, il n'y a aucune raison que les seniors tombent dans la dépression ou ne prennent pas soin d'eux à cause du confinement. "Tant qu'ils peuvent faire leurs courses ou s'occuper de leur jardin, ils gardent le moral. C'est certainement plus difficile en ville. Et encore maintenant, beaucoup sont connectés grâce aux réseaux sociaux avec leurs familles." 

D'un naturel optimiste, le Dr Mercier est serein.

Le plus difficile c'est pour les personnes en fin de vie à l'hôpital 

"Le confinement est terrible pour les personnes en fin de vie à l'hôpital. Sans le confinement, elles seraient rentrées chez elles pour les derniers jours qui leur restent avec leur famille. Là, c'est impossible." 

Le service autorise la visite d'un membre de la famille par patient par jour. "On ne peut pas laisser ces gens partir seuls dans une chambre d'hôpital. Ils doivent revoir les membres de leur famille." 

Parfois, quand le conjoint est trop fragile, toute visite est proscrite. Et il raconte : 

" En ce moment dans mon service, j'ai un patient de 90 ans qui va mourir de sa belle mort. Sa femme ne peut pas l'accompagner jusqu'au bout car elle souffre d'insuffisance respiratoire. C'est une grande souffrance pour les deux. Lui qui va mourir sans avoir revu sa femme. Elle qui n'aura pas été là pour ces derniers jours. "

Le service autorise la visite d'un membre de la famille par jour et par patient

Les patients et leur famille comprennent que c'est une question de santé publique et de solidarité. Quand c'est possible, le service autorise la visite d'un membre de la famille par patient par jour. 

Ce qui aide les soignants à tenir face à cette grande souffrance,  c'est l'aventure humaine. "Ce qu'on vit est incroyable. Nous sommes une armée en blouses blanches. Oui, nous sommes en danger et en première ligne. Mais si vous voyiez la force humaine qui se dégage.... Et puis on essaie de se rassurer en se disant que dans 85% des cas la maladie n'est pas grave."

Avec près de 700 000 seniors, la population du Centre-Val de Loire a une part plus importante de personnes de 60 ans ou plus qu’en moyenne nationale. 
 
Loches/ Photo d'illustration / © Jean-Marc Quinet/ Belpresse/Maxppp
Loches/ Photo d'illustration / © Jean-Marc Quinet/ Belpresse/Maxppp
 

Des solutions locales pour aider les personnes âgées

Le confinement peut être difficile pour les personnes âgées. Que ce soit pour le moral mais aussi sur le plan de l'autonomie. 

C'est pourquoi des mairies comme celle de Loches mettent en place un service d'aide pendant le confinement. 
  • Une veille sanitaire s’est mise en place pour les Lochois, sur le même principe que le Plan canicule.

Pour en bénéficier, il suffit pour les personnes âgées de plus de 70 ans ou présentant des fragilités de santé les rendant plus vulnérables au COVID 19, de s’inscrire au 07 72 16 35 77.

Dans ce cadre, les élus ont aussi engagé un repérage de bénévoles, notamment par l’intermédiaire des associations caritatives (Croix Rouge, Secours catholique …. ). Vingt-cinq bénévoles ont été recensés.
Ainsi, un agent communal, un élu ou un bénévole appelle chaque jour du lundi au vendredi les trente bénéficiaires inscrits à ce jour, pour prendre des nouvelles.
  • Et pour les personnes qui n’ont aucune possibilité d’assurer elles-mêmes leur approvisionnement en denrées de première nécessité, un service de portage à domicile peut être organisé.
Contacts à Loches pour s'inscrire sur la ligne de vigilance ou devenir bénévoles : 
  • Vous souhaitez être inscrit ou inscrire un de vos proches sur la ligne de vigilance : Appelez le 07 72 16 35 77
  • Vous souhaitez proposer vos services en tant que bénévoles : Envoyer vos coordonnées précises (NOM, prénom, adresse numéro de téléphone, possibilités de déplacement…) à l’adresse mail suivante : ndurand@mairieloches.com ou appelez le  06 21 50 20 75 (si répondeur, merci de laisser un message et un agent vous rappellera).
 
Ce dispositif local s’inscrit dans l’initiative « réserve civique » lancée par le Ministère de la cohésion des territoires et y sera référencé.
 

Le dispositifs d'aide nationale :

  • La plateforme du gouvernement : "Réserve civique" recense les demandes et les offres de mission de solidarité, mais aussi les initiatives sur le territoire.
  • "Voisins solidaires" met à disposition un kit Coronavirus sous la forme d'un outil gratuit, concret et efficace, d'organisation de la solidarité de voisinage. 
  • L'initiative de la Croix-Rouge baptisée « Croix-Rouge chez vous », un dispositif déjà disponible dans 80 départements en France Métropolitaine et qui s'adresse aux personnes vulnérables confinées en situation d'isolement social. En appelant le 09 70 28 30 00, disponible 7 jours sur 7 de 8h à 20h, elles pourront bénéficier d'une écoute et d'un soutien psychologique, d'informations sur la situation, mais aussi de la possibilité de commander des produits de première nécessité livrés par des volontaires de la Croix-Rouge. 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus