Jeu vidéo : à Vierzon, les passionnés d'arcade dépassent les bornes au HFS Summer

Publié le

Du 6 au 8 mai, le HFS Summer, festival de jeux vidéo anciens, a réuni les passionnés de rétro-gaming au centre de congrès de Vierzon, entre nostalgie et compétition.

Retour en enfance pour certains, découverte pour les autres, c'était le programme du HFS Summer, festival consacré au rétro-gaming et organisé à Vierzon du 6 au 8 mai. Absent depuis deux ans à cause du covid, l'événement a donc fait son grand retour pour une 7e édition qui a rassemblé un peu plus de 1500 personnes sur le week-end au Centre de congrès.

Toutes vos bornes nous appartiennent

"On est tous passionnés par le jeu vidéo, et par l'arcade en particulier" explique le président du HFS, Sébastein Pierrini. "L'événement est né d'une envie de partager nos collections."

Au point de départ, en effet, les membres de l'association se contentaient de se retrouver avec leurs "machines personnelles", de plus en plus difficiles à trouver dans le commerce. Et puis, ils ont fini par grandir et trouver le moyen de réunir des passionnés du monde entier autour de ces vieux jeux, édités pour la plupart entre la fin des années 80 et le début des années 2000.

"Ces vieux jeux resteront éternels"

Démodés, dépassés, désuets, les jeux d'arcade ? Peut-être, mais guère plus que Molière comparé aux Anges de la Téléréalité. "Le truc, c'est que l'art est éternel",  abonde Azz, joueur londonien venu spécialement pour l'occasion. "Les nouveaux jeux font le pari du réalisme, et ils manquent vraiment de direction artistique, qu'ils sacrifient au profit du réalisme. Ces vieux jeux resteront éternels !"

Outre l'amour de l'art, saupoudré d'une pincée de nostalgie, certains viennent avant tout pour la performance et le spectacle. Pauvres en technologie mais riches en émotions, les vieux jeux de combat en 1 contre 1 comme Street Fighter 2 ou les shoot'em up, dans lesquels le joueur doit éviter des nuées de projectiles, font figure de pionniers de l'esport.

"On aime retrouver ce côté jeu d'esprit", explique Clément, joueur passionné, "il faut deviner ce que va essayer de faire l'adversaire et le contrer". Certes, ces jeux des années 80, 90 et du début des années 2000 ont "moins la cote auprès du grand public", mais certains, qui ont grandi avec, ont transmis la passion à leur progéniture.

Les tournois attirent d'ailleurs des joueurs du monde entier, notamment des Américains, Suédois ou encore Canadiens. A cause des restrictions sanitaires, les joueurs japonais, chez qui le jeu vidéo est quasiment un sport national, ont en revanche dû faire l'impasse.