• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • POLITIQUE

Les portions gratuites de l'autoroute A20 vont-elles devenir payantes entre le Berry et la Creuse ?

(Archives le 13/05/2008) - Grande opération de police entre Limoges et Brives sur l'autoroute A20. / © Thomas JOUHANNAUD - max ppp
(Archives le 13/05/2008) - Grande opération de police entre Limoges et Brives sur l'autoroute A20. / © Thomas JOUHANNAUD - max ppp

La gratuité de l’autoroute A20 reliant Vierzon à Montauban (Tarn-et-Garonne) via Limoges dans la Haute-Vienne, pourrait être mise en péril. La ministre des transports a évoqué les grandes lignes de la nouvelle loi sur les mobilités (LOM), qui comprend la fin des autoroutes gratuites.

Par Fabienne Marcel

Sur les 428 kilomètres de l’autoroute A20, entre Vierzon dans le Cher et Montauban dans le Tarn-et-Garonne, seuls 158 kilomètres sont payants : la portion entre Gignac, au sud de la Corrèze et Montauban. Une autoroute principalement gratuite que les usagers empruntent depuis les années 90. Mais elle pourrait devenir payante, c'est en tout cas ce que craint la CGT qui appelle les agents de la DIRCO (direction des routes du centre ouest) à une grève reconductible dès ce mardi matin avec une opération escargot prévue sur l'A20
Les raisons de la colère ? L'annonce de la ministre des transports qui a dévoilé récemment les grandes lignes de sa nouvelle loi sur les mobilités (LOM). Elisabeth Borne devrait la présenter avant cet été.


La ministre n'a pas caché sa volonté de mettre fin aux autoroutes gratuites, pour financer les nouveaux aménagements. Et ça pourrait passer soit par la mise en place de péages sur les portions gratuites des autoroutes soit par la création de vignette payantes pour les poids lourds.

La gratuité ça participe à l'aménagement du territoire

a expliqué le délégué CGT de la DIRCO à nos confrères de France Bleu. "Il y a de nombreuses personnes qui se déplacent depuis l'Indre et la Creuse pour aller travailler à Limoges_, pour elles ce serait une charge supplémentaire", explique encore Franck Robert. Le syndicat craint aussi  la perte du statut de la fonction publique pour les personnels d'exploitation des routes.

Sur le même sujet

Le doublement du pont de Jargeau fait toujours débat

Les + Lus