Vierzon : référendum le 2 décembre sur l'avenir de l'hôpital

Les habitants de Vierzon iront voter le 2 décembre... pour un référendum sur l’avenir de leur hôpital, sur l’avenir du bloc opératoire et de la maternité. Alors citoyens Vierzonnais, à vos urnes !
 

Le maire de Vierzon, Nicolas Sansu, a décidé d’organiser un référendum sur l’avenir de l’hôpital le 2 décembre prochain. Pour lui, ce n’est pas à l’Agence Régionale de Santé de décider mais aux habitants de la ville, les principaux intéressés.
 

Le choix de la tutelle, c’est de fermer un certain nombre de services dans les hôpitaux à proximité… ça a été rappelé par le président de la République dans le cadre de son plan santé. Pour notre part, nous estimons qu’un bassin de 60 000 habitants doit avoir une maternité, une chirurgie ouverte 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7 et doit donner les services les plus essentiels en matière de médecine, de pédiatrie, d’obstétrique et de chirurgie. Nicolas Sansu, maire de Vierzon PCF


A l'hôpital de Vierzon, le personnel est en grève illimitée depuis 11 juin dernier. Ils refusent les coupes budgétaires qui entraînent la fermeture de certains services. Depuis des mois, ils ont organisé de nombreuses manifestations pour alerter l'opinion publique et les médias.
Depuis le 18 septembre, date de leur centième jour de grève, ils ont planté des tentes sur le parking de l'hôpital, créant un campement de contestataires, surnommé "un village gaulois", clin d'oeil à Emmanuel Macron qui parlait cet été des Français comme de "gaulois réfractaires" au changement.

Regardez le reportage réalisé à Vierzon par Arthur Nys et Stéphane Dosne. 
Intervenants : 
Nicolas Sansu maire de Vierzon PCF
Pierre Macsay, manipulateur radio - hôpital de Vierzon
 

 
L'actualité "Société" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Société" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité