Cet article date de plus de 5 ans

Concours pour juger le bétail au lycée agricole de Bourges-Le Subray

Les élèves de l'établissement agricole du Subray, au sud de Bourges sont formés, ce mardi, à l'évaluation du bétail. Les deux meilleurs se rendront au Salon de l'Agriculture pour le concours national du jugement de bétail. 
Mouton et vache … les animaux sont passés au crible par les étudiants. Ils regardent la croupe, la pie ou encore la tête. Objectif : évaluer de façon détaillée le bétail et le noter. Les élèves de l’établissement agricole public de Bourges-Le Subray apprennent, ce mardi, à observer deux types d’animaux : ovin et bovin.

Apprendre à évaluer le bétail, une étape importante de leur cursus

"Développement du squelette, développement musculaire, état d’engraissement, état des aplombs… Ils sont initiés à la technique du jugement de bétail sur l'exploitation agricole du lycée, c’est important, cela fait partie de leur cursus" explique Christophe Auboueix, directeur de l’établissement.  Puis il précise : "Ils profitent également de cette journée de formation pour rencontrer également des intervenants du milieu agricole".

100 élèves sur les 700 que compte l’établissement participent à cette journée. Ils sont en 3éme, Bac professionnel, Bac Technologique et BTS. Ce sont les élèves de BTS qui sont les organisateurs.

Les vainqueurs se rendront au Salon de l'Agriculture

Cette journée de formation, une étape importante dans leur cursus. "Ils seront capables d’identifier les qualités des animaux et de sélectionner les bonnes bêtes pour, par exemple, l’engraissement ou la reproduction dans leurs futurs exploitations" souligne Christophe Auboueix.

Le meilleur élève de chaque catégorie jugée (ovin et bovin) se verront remettre des places pour aller concourir au jugement de bétail national qui se déroulera, à Paris, du 2 au 6 mars 2016 au Salon de l’Agriculture.

► Reportage d'Aline Métais et Mekhak Movsissian

durée de la vidéo: 01 min 44
Concours pour juger le bétail au lycée agricole de Bourges-Le Subray ©France 3 Centre-Val de Loire



Poursuivre votre lecture sur ces sujets
agriculture économie