Coronavirus : le ministre de la Santé annonce la mise en place d'un droit de visite "encadré" dans les Ehpad

Dans son intervention de ce dimanche 19 Avril, le ministre de la Santé Olivier Véran a annoncé la mise en place dès lundi 20 Avril, d’un droit de visite encadré dans les Ehpad et établissements pour personnes en situation de handicap.

Le Ministre de la Santé, Olivier Véran, durant son intervention le dimanche 19 Avril 2020.
Le Ministre de la Santé, Olivier Véran, durant son intervention le dimanche 19 Avril 2020. © THIBAULT CAMUS / POOL/EPA/Newscom/MaxPPP
C’est une mesure que beaucoup de familles attendaient en cette période difficile de confinement et d’éloignement social. Olivier Véran, vient d’annoncer la mise en place d’un droit de visite encadré dans les Ehpad :

Etant donné que le confinement est appelé à durer encore plusieurs semaines, il nous a semblé utile de consulter à nouveau les sociétés savantes, les représentants des organismes de ces établissements pour personnes âgées, et nous avons élaboré ensemble des recommandations nouvelles qui permettront à partir de demain, d’organiser dans les territoires, sous la responsabilité des directions d’établissements, un droit de visite pour les familles en direction de leurs ainés fragiles admis en EHPAD, a déclaré le ministre de la Santé.


Des visites évidemment très encadrées et limitées qui se feront "à la demande du résident", a détaillé Olivier Véran : "Pas plus de 2 personnes de la famille, pas tout le monde en même temps", laissant aux établissements le soin de définir quand et comment se dérouleront les visites.

"La sécurité sanitaire reste au cœur de notre projet", a martelé le ministre, excluant donc la possibilité pour les familles d’avoir des "contacts physiques" avec leurs ainés.

Par contre il y aura un contact visuel, on peut passer beaucoup de choses avec le regard auprès des personnes qu’on aime, et j’imagine le soulagement qui sera celui des nombreux aidants, des nombreuses familles quand ils pourront à nouveau rendre visite à leurs proches, souvent des personnes en perte d’autonomie, parfois désorientées, mais qui savent très bien ce que c’est la valeur d’un regard d’une personne aimante.

 

Olivier Véran dit, par cette mesure vouloir trouver "un équilibre entre sécurité et maintien vital du lien social", ajoutant enfin que les visites seraient également possibles dans les mêmes conditions pour les établissements qui accueillent des personnes en situation de handicap.
 

Se voir pour ne pas mourir de chagrin


Le confinement dans les Ehpad protège les personnes âgées contre le coronavirus mais conduit parfois à un état de détresse qui peut être fatal, d'où l'importance de rétablir des liens familiaux, insistent les professionnels et les associations de patients.

La géronto-psychologue Angie Cochet évoquait le risque d'un "syndrome de glissement" des personnes âgées. "Leur objectif de vie est de voir leur famille et, dans cette période, elles perdent cet objectif. C'est primordial qu'elles puissent maintenir le lien".

"Il est important que les personnes âgées reprennent un peu contrôle sur leur vie, qu'elles aient un sentiment d'utilité (par exemple, en envoyant des messages de soutien aux petits-enfants), qu'elles puissent retrouver leur place et leur posture d'aîné et pas de personne oubliée, confinée en chambre dont il faut s'occuper continuellement", insiste cette spécialiste, qui intervient dans un Ehpad de la Ferté-Saint-Aubin (Loiret) accueillant des patients souffrant de troubles neurodégénératifs.
           

Des visites déjà autorisées dans le Bas-Rhin          

           
Le département du Bas-Rhin, dans la région Grand Est durement touchée par l'épidémie de Covid-19, avait ré-autorisé dès samedi 18 Avril, les visites aux pensionnaires des établissements d'hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad), au cas par cas et en respectant des consignes de sécurité strictes.

Cette décision avait été saluée par l'Association des directeurs au service des personnes âgées (AD-PA), pour qui l'Etat devait étendre la mesure à tous les établissements, afin de trouver "un juste équilibre entre santé physique et santé psychique des personnes âgées".

Le 15 avril, l'Académie de médecine avait également estimé que "les souffrances morales induites" par le confinement des personnes âgées ne devaient "pas être sous-estimées".
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus/covid-19 santé société génération senior