Début des soldes d'été : les conseils des associations de consommateurs pour éviter les arnaques

Après la mise à l'arrêt du coronavirus, les commerçants espèrent bien déstocker et se renflouer. Mais côté consommateur, on peut avoir de mauvaises surprises. 
© IP3 PRESS/MAXPPP
Ce 15 juillet, c'est le lancement des soldes d'été. Une période attendue et redoutée par les commerçants, mis à l'arrêt par le coronavirus, et qui espèrent dégager leurs portants et renflouer leurs caisses. Mais la période est aussi propice aux petites arnaques, pour les moins scrupuleux. Les associations de consommateurs ont donc publié des conseils pour guider les acheteurs à travers les rayons. 
 


Arnaques : que devez-vous surveiller ? 


"Les pratiques irrégulières les plus fréquentes sont les annonces de faux rabais, explique ainsi 60 Millions de Consommateurs. (...) Certains commerçants font miroiter de gros rabais en gonflant le prix de départ, induisant ainsi le consommateur en erreur quant au niveau réel de la réduction." Pour éviter le piège, l'une des solutions est de repérer certains articles à l'avance, et de noter leur prix de départ. Si cela est possible en magasin, soulever la nouvelle étiquette et consulter l'ancienne est parfois un moyen de s'apercevoir de la supercherie. 

Le CLCV, l'association nationale de défense des consommateurs et usagers, rappelle aussi un principe simple : "la distinction entre les articles soldés et non soldés doit être évidente pour les consommateurs". Non, il n'est pas normal de devoir fouiller dans un bac pour distinguer une paire de chaussure soldée d'une non soldée, et cela peut même être assimilé à une pratique commerciale trompeuse. "Assurez-vous que votre article soit bien soldé afin d'éviter les mauvaises surprises lors du paiement en caisse : le même article, selon la taille ou la couleur peut ou non être soldé !" conseille aussi l'Institut National de la Consommation. 

Le dernier point de vigilance concerne les retours, échanges, et remboursements. Sauf si cela est affiché en magasin et que leur promesse les engage, les vendeurs n'ont pas d'obligation d'échanger ou de reprendre un article soldé. Attention cependant, "les achats d’articles soldés bénéficient des mêmes garanties légales que les articles non soldés" garantit le CLVC. Ainsi, on ne peut pas vous refuser la reprise d'un article défectueux sous prétexte qu'il vous a été vendu en solde. 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
consommation économie infos pratiques société region centre-val de loire