Déconfinement le 11 mai : quels sont les critères pour différencier les départements verts et rouges ?

Orléans, Châteauroux et Tours font partie des 50 villes de France où il fait bon vivre / © DR
Orléans, Châteauroux et Tours font partie des 50 villes de France où il fait bon vivre / © DR

A partir du 11 mai, le déconfinement n'aura pas lieu de la même manière d'un département à l'autre. Il sera progressif en fonction de critères précis. La situation sanitaire va être étudiée localement et une carte nationale sera présentée tous les soirs. 

Par Fabienne Marcel

Dans un discours très attendu, Edouard Philippe a détaillé devant l'Assemblée nationale ce mardi, le plan de l'exécutif pour faire redémarrer le pays à partir du 11 mai. Un plan de déconfinement par étapes qui court d'abord jusqu'au 2 juin prochain. Tous les départements ne seront pas logés à la même enseigne. Trois critères seront étudiés dès le 7 mai pour déterminer dans quel département "la circulation du virus reste active". En clair, le gouvernement et les autorités locales pourront décider du déconfinement ou non d'un département. 

Le déconfinement sera donc différencié le 11 mai entre les départements "vert", où il sera appliqué largement, et "rouge", où il prendra une forme plus stricte, a annoncé ce mardi Edouard Philippe.


Quels sont les critères pour déterminer "un département vert d'un département rouge"?

Trois critères seront déterminant dans quel département « la circulation du virus reste active », « les capacités hospitalières en réanimation restent tendues » et « le système local de tests et de détection des cas contacts ne soit pas suffisamment prêt", 
A partir de jeudi 30 avril, la carte des indicateurs par département sera présentée, a indiqué le Premier ministre. Et "si les indicateurs ne sont pas au rendez-vous, nous ne déconfinerons pas le 11 mai" ou alors "plus strictement", a-t-il prévenu.


Comment s'annonce la situation en Centre-Val de Loire ?

L’épidémie a débuté dans la région en Eure-et-Loir avec un premier cas le 3 mars. Le dernier département touché était l’Indre le 14 mars. Le Centre Val de Loire a été relativement épargné au début de l'épidémie, la circulation intense du virus a débuté dans la région la semaine 11 (9 au 15 mars 2020) avec notamment les premiers cas touchés en établissements médico-sociaux et parmi le personnel soignant.
Depuis le début de l’épidémie, le nombre de décès ne cesse d'augmenter dans la région, surtout en Eure-et-Loir et dans le Loiret, deux départements classés en "zone d'exposition à risque" par Santé Publique France dès le 22 mars.
 
Indicateurs-clés : 

Surveillance en ville
► SOS Médecins : 596 actes pour suspicion COVID-19 pour 10 000 actes médicaux en Semaine 16 (S16) contre 1 166 en Semaine 15 (S15)

► Réseau Sentinelles : 110 (télé-)consultations pour IRA pour 100 000 habitants en S16 contre 141 en S15

Surveillance virologique
► Laboratoires de ville (3-labos) : 10,7 % de tests positifs en S16 contre 24,5 % en S15
► Laboratoires hospitaliers : 14,4 % de tests positifs en S16 contre 30,6 % en S15

Surveillance dans les EMS dont les EHPA
► 289 épisodes entre le 1er mars et le 21 avril : 2 105 cas de COVID-19 chez les résidents dont 280 décès signalés au sein des établissements.

Surveillance à l’hôpital
► Réseau Oscour® : 834 passages pour suspicion COVID-19 pour 10 000 passages en S16 contre 1 046 en S15
► Services Sentinelles de réanimation/soins intensifs : 52,7 % des cas âgés de 65 ans et plus et 74,8 % des cas avec au moins un facteur de risque

Surveillance de la mortalité
► Excès modéré de mortalité toutes causes en S15 dans l’Eure-et-Loir et l’Indre.


Cependant, quelques bonnes nouvelles. En semaine 16, plusieurs indicateurs surveillés en lien le COVID-19 sont en diminution par rapport à la semaine précédente : nombre d’actes SOS Médecins pour suspicion COVID-19, taux de positivité Sars-Cov-2 (en ville et à l’hôpital), nombre d’épisodes de COVID-19 en établissements médico-sociaux, passages au urgences pour suspicion COVID-19, admissions en réanimation. Néanmoins, la mortalité reste importante avec un excès modéré de mortalité toutes causes constaté en semaine 15 dans les départements de l’Eure-et-Loir et de l’Indre.

Les chiffres montrent donc que la situation est assez inégale d'un département à l'autre en Centre-Val de Loire.  Le déconfinement pourrait ne pas s'appliquer partout pareil à l'échelle de la région. 
 
Nombre et part (en %) des hospitalisations pour COVID-19, des admissions en réanimation au 22/04/2020 à 14h, par département de prise en charge / © Santé publique France
Nombre et part (en %) des hospitalisations pour COVID-19, des admissions en réanimation au 22/04/2020 à 14h, par département de prise en charge / © Santé publique France

Sur le même sujet

Les + Lus