Déconfinement : les bars et restaurants du Centre-Val de Loire vont rouvrir, "on est contents, mais on attend de voir"

Fin de la limitation des 100 km, réouverture des écoles, des salles de spectacle, des parcs d'attractions et des piscines en zone verte,... le Gouvernement a entamé jeudi 28 mai la deuxième phase de déconfinement. Le Premier minsitre a également annoncé la réouverture des bars et des restaurants 

Les restaurants et les bars en vert se préparent à rouvrir
Les restaurants et les bars en vert se préparent à rouvrir © Maxppp/PHOTOPQR/LE PROGRES/Philippe TRIAS

La question était attendue avec beaucoup d'intérêt. Edouard Philippe l'a annoncé jeudi 28 mai : les bars et les restaurants des départements en vert, dont la région Centre-Val de Loire vont pouvoir ouvrir à nouveau dès le 2 juin. Le Premier ministre l'a souligné : "Le secteur des débits de boisson, de la restauration et de l'hôtellerie est un secteur capital pour l'emploi, pour l'économie et constitue une partie "de notre art de vivre".

Limiter les dégâts en priorité

Ces deux mois d'arrêt ont été catastrophiques pour la profession. Même si certains ont pu s'en sortir avec la vente à emporter, le trou creusé par la crise du coronavirus est important. D'après une étude réalisée par la CCI Centre-Val de Loire, en Centre Val-de-Loire, en mars et en avril, le chiffre d'affaire des bars et des restaurants de la région pour la majorité des établissements, a chuté de plus de 75 %
La CCI du Centre-Val de Loire a réalisé une étude sur les pertes de chiffres d'affaire enregistrées pour les bars et les restaurants
La CCI du Centre-Val de Loire a réalisé une étude sur les pertes de chiffres d'affaire enregistrées pour les bars et les restaurants © CCI Centre-Val de Loire


Une réouverture conditionnée à l'application des règles sanitaires 

Pour pouvoir ouvrir à nouveau, les restaurants et les bars devront respecter les règles sanitaires prises en accord avec la profession. Il ne pourra pas y avoir plus de dix personnes par table. Entre chaque table, une distance de un mètre minimum devra être respectée. Le port du masque sera obligatoire pour l'ensemble du personnel et pour les clients qui se déplacent. Pour éviter les risques de transmission du virus à l'intérieur des bars, la consommation sera interdite debout. Les professionnels sont contents de cette réouverture, mais ils s'inquiètent pour l'avenir. Beaucoup pourraient avoir du mal à s'en sortir. 

"Honnêtement, c'est ce qu'on espérait, explique Jean-Louis Jama, président de l'UMIH (Union des Métiers et des Industries de l'Hôtellerie) du Loiret. Mais ça va être compliqué d'atteindre le seuil de rentabilité. Il faudrait que l'Etat nous aide, en ramenant la TVA à 5,5 % et en nous exonérant des charges jusqu'à la fin de l'année".
 

Des capacités d'accueil réduite de 70 %

Garder un mètre de distance enre les tables va réduire considérablement les capacités d'accueil des restaurants et des bars, jusqu'à 70 % avancent certains. Ceux qui ont une terrasse auront plus de possibilités d'attirer les clients à l'arrivée des beaux jours.

Xavier Dion gère L'Antidote, dans le centre-ville d'Orléans, dans le Loiret. Il n'ouvrira que le mardi 3 juin, lorsqu'il aura reçu toute la marchandise. Pour l'heure, il s'évertue à trouver la bonne méthode pour installer ses tables : "Les conditions auraient pu être pires, plaisante Xavier Dion heureux de reprendre son activité. En temps normal, j'ai une terrasse de soixante places. J'espère qu'on va pouvoir l'agrandir pour placer un maximum de tables en respectant le mètre de distance. Ma priorité est d'abord de faire travailler mes salariés déjà sous contrat. Après, on ajustera en fonction de la fréquentation. Mais ça on ne sait pas ce que ça va donner."

Vers un assouplissement des règles après le 22 juin ?

Dans trois semaines, si le coronavirus s'affaiblit, le Gouvernement pourrait décider d'assouplir les règles sanitaires, voire en suprimer quelques-unes.

Jean-Louis Jam, lui, reste optimiste et tire les leçons de cette crise : "C'est l'occasion de gérer nos affaires différemment. Par exemple nous pouvons attirer plus de personnel qualifié, réduire les cartes, travailler avec des produits de saison et de proximité ou encore, pourquoi quoi, servir les clients plus tard dans la soirée." 
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus santé société déconfinement région centre val-de-loire tourisme économie
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter