12 lycées européens sélectionnés pour participer à un projet écologique, dont 2 établissements du Centre-Val de Loire

Le lycée agricole du Subdray près de Bourges (Cher). / © Établissement Public Local d'Enseignement et de Formation Professionnelle Agricole du Cher
Le lycée agricole du Subdray près de Bourges (Cher). / © Établissement Public Local d'Enseignement et de Formation Professionnelle Agricole du Cher

Douze établissements scolaires de l'Union européenne ont été choisis pour participer au projet Energe, consacré aux économies d'énergie. Les deux seuls représentants français se situent en Centre-Val de Loire.

Par Thomas Hermans

Le Centre-Val de Loire se met au vert. Alors que se tient une COP régionale, le projet Energe a été présenté ce lundi 9 décembre à Orléans. Celui-ci vise à réduire de 15% la consommation énergétique de douze établissements scolaires de l'Union européenne d'ici à 2022.

La région Centre-Val de Loire, qui est l'un des huit partenaires principaux du projet, a hérité des deux établissements choisis en France : le lycée Gaudier-Brzeska à Saint-Jean-de-Braye (Loiret) et le centre de formation agricole de Bourges-Le Subdray (Cher).

Le premier a été désigné car il "comprend des filières d'enseignements sur l'énergie, et la région le gère sur le plan énergétique", a expliqué le président de la région François Bonneau à la République du Centre.
 

Améliorer les performances énergétiques des locaux


Pour ce qui est du centre de Bourges-Le Subdray, l'avantage est autre. "Nous avons été sollicités par la région parce que nous sommes un établissement récent, construit en 2009", explique Christophe Auboueix, directeur de l'établissement.

Il précise ainsi que les bâtiments sont "conçus autour de la norme HQE (Haute qualité environnementale) qui permet d’améliorer leur efficience énergétique. Et malgré la modernité des locaux, nous avons toujours des marges de progrès à faire."

Des capteurs vont tout d'abord être disposés sur l'ensemble des bâtiments de l'établissement, afin d'évaluer leurs performances énergétiques en fonction de l'occupation et de l'activité. 
 

Sensibilser les étudiants


Mais au-delà de l'infrastructure, Christophe Auboueix espère utiliser cette expérience comme un support pédagogique. "Nous avons des messages à faire passer aux jeunes, précise-t-il. Par exemple, il y a toujours des familles qui se plaignent qu'il ne fait pas assez chaud, alors qu'il fait bien 19° C comme demandé par la norme. Et si le ressenti est différent, il vaudrait mieux prendre un pull en plus plutôt que d'augmenter la température."
Christophe Auboueix affirme également que les 750 élèves, étudiants et apprentis de l'établissement de Bourges-Le Subdray participent à une réflexion plus large sur les nouvelles pratiques d'agroécologie. Les agriculteurs sont en effet en première ligne face au réchauffement climatique, qui induira (et induit déjà) une modification profonde des conditions météorologiques partout en France. Avec des répercussions sur les récoltes.

L'expérimentation devrait coûter 4,3 millions d'euros, pris en charge à hauteur de 2,56 millions d'euros par le Fonds européen de développement régional. Les dix autres établissements concernés par le projet Energe sont situés en Irlande, aux Pays-Bas, en Allemagne, au Luxembourg et au Royaume-Uni.

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus