Environnement : lancement d'une campagne de mesure des pesticides dans l'air

© JEAN-FRANCOIS MONIER / AFP
© JEAN-FRANCOIS MONIER / AFP

Une campagne de mesure de quelque 80 pesticides dans l'air a été lancée le 25 juin dernier pour un an, pour mieux évaluer à terme l'exposition de la population. En région Centre-Val de Loire, entre 100 et 200 tonnes de glyphosate sont vendues chaque année, et jusqu'à 260 en Indre-et-Loire.

Par France 3 Centre-Val de Loire (avec AFP)

Cette campagne, première du genre à l'échelle nationale, "permettra de définir les modalités d'une stratégie pérenne nationale de surveillance des résidus de pesticides dans l'air ambiant", ont indiqué dans un communiqué l'Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses), l'organisme de surveillance de la qualité de l'air ATMO France et l'Institut national de l'environnement industriel et des risques (Ineris).

Ce premier état des lieux permettra d'évaluer l'exposition chronique de la population mais aussi d'identifier d'éventuels lieux de surexposition. Les 50 sites choisis pour réaliser les mesures dans l'Hexagone et en Outre-mer prennent d'ailleurs en compte différents type de zones d'habitation (urbaines, péri-urbaines et rurales) et de productions agricoles (grandes cultures, vignes, vergers, maraichage, élevage).

Lors de cette campagne annoncée fin 2017, 82 substances chimiques entrant dans la composition de produits phytopharmaceutiques, biocides, médicaments vétérinaires et antiparasitaires à usage humain seront mesurés par les associations agréées de surveillance de la qualité de l'air (AASQA).

Un total de quelque 1.500 échantillons seront recueillis en un an. Les substances ont été choisies notamment en fonction de leur caractère de dangerosité ou de persistance dans l'air.
 

Ainsi, selon l'Anses, certains produits sont déjà considérés comme présents dans l'air et à surveiller à plus long terme. Parmi eux notamment le fipronil, à l'origine l'été dernier d'une crise liée à la découverte d'oeufs contaminés par l'insecticide dans plusieurs pays européens, ou encore le lindane, substance "persistante" pourtant interdite pour les usages agricoles en France depuis 1998.

Mais la présence dans l'air de certains autres n'est en revanche pas aussi certaine, par exemple le controversé glyphosate. L'herbicide dont la France a promis la sortie d'ici trois ans nécessite un matériel spécifique pour son prélèvement dans l'air et seule une petite partie des AASQA pourront le mesurer, selon ATMO France, qui fédère ces organismes.

Le Centre-Val de Loire est l'une des régions qui consomme le plus de cet herbicide controversé. Les ventes annuelles de substance active sont situées entre 100 et 200 tonnes, voire 260 tonnes pour l’Indre-et-Loire.
 


Sous surveillance également le chlordécone, insecticide cancérogène longtemps utilisé aux Antilles où certains sols restent contaminés. Cette campagne avait été décidée après la publication en octobre d'un rapport de l'Anses soulignant la connaissance "partielle et hétérogène" des contaminations en pesticides dans l'air.

Le ministre de la transition écologique et solidaire, Nicolas Hulot a salué "le travail rigoureux de l'ANSES" et s'est engagé "à mettre en oeuvre ses recommandations pour mieux surveiller, encadrer et réduire les émissions des polluants non réglementés d'intérêt populaire".

Les expositions alimentaires à ces substances sont "de mieux en mieux connues", mais la contamination de l'air et ainsi les risques d'inhalation ou d'exposition par voie cutanée beaucoup moins, avait noté l'Agence. Les AASQA sont chargées de mesurer la qualité de l'air et d'alerter en cas de pollution au dioxyde d'azote ou aux particules fines, mais les données relatives aux pesticides ont jusqu'à présent été collectées par le biais d'initiatives locales et ponctuelles.
  

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus