Agression d'un surveillant de prison : l’accès au centre de détention de Châteaudun est bloqué

Un surveillant de prison a été agressé et blessé par trois individus alors qu'il se rendait au centre pénitentiaire de Châteaudun. En signe de solidarité, les collègues de la victime bloquent symboliquement l'accès à la prison.

Le 17 octobre dernier, vers 6 heures du matin, alors qu’il se dirige en voiture pour prendre son service au centre de détention de Châteaudun (Eure-et-Loir), un surveillant est pris à partie par des individus qui le suivent. Ils lui font des appels de phare avant de se mettre à sa hauteur. A son bord, trois hommes au visage dissimulé.

Selon le SPS, le Syndicat Pénitentiaire des Surveillants, l’un d’eux met en joue le gardien de prison avec une arme de poing et lui demande de se ranger sur le bas-côté. Une fois arrêté, deux hommes se précipitent sur la voiture du surveillant, et toujours sous la menace de l’arme, exigent qu’il en descende en lui criant "fils de pute, c'est pour avant-hier !".

Toujours selon le SPS, il n’a pas le temps de s’exécuter ou de parler : il est roué de coups au visage par l’un, tandis que l’autre le garde en joue. Avant de repartir, les agresseurs lui lancent : "on sait où tu habites. Là, c'est un avertissement : on va partir, tu attends pour aller au travail et t'as intérêt à te rendre au travail !".

Le surveillant s’en sort avec un traumatisme crânien, une dent cassée, des douleurs à la mâchoire, un œil tuméfié, des hématomes et six jours d'Interruption Temporaire de Travail.

L'agression commandée via un téléphone portable

Les trois individus auraient agi sur commande d’un détenu qui a eu une altercation avec la victime quelques jours avant les faits. C’est le détenu lui-même qui depuis sa cellule, à l’aide d’un téléphone portable, aurait commandé l’agression.

Pour témoigner de leur soutien à leur collègue blessé, une vingtaine de surveillants s'est réunie devant le centre pénitentiaire depuis ce jeudi matin 6h. Leur action est symbolique, le fonctionnement de la prison n'est pas impacté.

Les surveillants demandent à l'administration pénitentiaire d'installer des brouilleurs téléphoniques dans l'enceinte de la prison. Ils souhaitent également qu'un parking sécurisé et séparé de celui des visiteurs soit créé.

L'actualité "Société" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Société" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité