Jean-Pierre Gorges ne souhaite finalement plus participer au débat sur les élections municipales à Chartres ce mercredi

Jean-Pierre Gorges sur le plateau du 19/20 le lundi 16 avril 2018
Jean-Pierre Gorges sur le plateau du 19/20 le lundi 16 avril 2018

Jean-Pierre Gorges, maire sortant de Chartres sans étiquette, brigue un 4è mandat. Il ne participera pas le 26 février au débat sur les élections municipales à Chartres sur France 3 Centre-Val de Loire avec les 3 autres candidats invités. Dans un communiqué du 25/2, il revient sur sa décision.
 

Par France 3 Centre-Val de Loire

Volte-face


Jean-Pierre Gorges a finalement décidé de ne plus participer au débat sur les élections municipales à Chartres ce mercredi 26 février 2020 en première partie de soirée sur notre antenne, prévu de longue date, avec les autres candidats (Gaël Garreau, Avec vous, osons Chartres autrement ! ; Chantal Vinet, Chartres Ecologie ; Jacqueline Marre, Chartres à gauche).

Dans un communiqué de presse (ci-dessous) paru mardi soir 25 février, le candidat de Chartres C' Vous fait état " d’une manipulation " de France 3 Centre-Val de Loire relative au fait que dans un article publié sur le site internet de France 3 Centre-Val de Loire, il soit présenté comme le candidat des Républicains.
 
Jean-Pierre Gorges revendique effectivement d’être référencé sans étiquette. En juin 2019, il avait écrit une Déclaration d’indépendance des maires de France, qui avait enregistré 850 signataires.
 

Pas investi mais soutenu par Les Républicains


Le maire sortant de Chartres n’est donc pas investi par les Républicains, mais il est en revanche bien soutenu par ce parti comme en atteste ce document signé par Eric Ciotti, le patron actuel des Républicains.

Pour rappel, aux dernières élections municipales de 2014, Jean-Pierre Gorges s’était présenté en tête de liste de l’Union de la Droite et avait été élu avec 53,49% des suffrages.
 

Dans ce document, il fait part d’un second point motivant son refus de participation au débat : France 3 Centre-Val de Loire aurait " décidé d’exclure du débat une liste Lutte ouvrière à Chartres ", portée par le cinquième candidat tête de liste chartrain, Vincent Chevrollier. Lors des élections municipales de 2014, ce candidat avait rassemblé 1.85 % des suffrages.

Nous rappelons à cette occasion que selon les préconisations du CSA, la règle de l'équité prévaut et non celle de l'égalité du temps de parole.

" Les éditeurs de services de radio et de télévision doivent veiller à assurer aux partis et groupements politiques un temps d’intervention équitable au regard des éléments de leur représentativité. Cette représentativité se mesure notamment en fonction des résultats obtenus lors du dernier renouvellement général des conseillers municipaux et aux plus récentes élections par les candidats de la liste ou par les partis et groupements politiques qui les soutiennent ".

L’EQUITE DU TEMPS DE PAROLE DES CANDIDATS SELON LES PRECONISATIONS DU CSA

Si une chaîne de télévision ou de radio laissait le même temps de parole à chaque candidat, elle irait à l’encontre des règles énoncées ci-dessus, car elle ne prendrait pas en compte la représentativité du candidat.

La représentativité d’un candidat se mesure aussi en fonction des indications de sondages d’opinion et de la contribution du candidat à l’animation du débat électoral.

 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus