Départementales 2021 : à 84 ans, Claude Térouinard devrait être réélu président d’Eure-et-Loir

La droite a largement dominé ces élections en Eure-et-Loir, avec 14 cantons remportés sur les 15. Malgré une division au sein de cette famille politique, Claude Térouinard devrait logiquement être reconduit à la tête du Conseil départemental jeudi 1er juillet.

En regardant la carte des résultats sur les 15 cantons, on a la sensation d’une vague bleue : la droite remporte 28 des 30 sièges du Conseil départemental, le même score qu’en 2015. Seuls les électeurs de Lucé font de la résistance en élisant le binôme centriste.

Mais en observant dans le détail, la droite est en fait séparée en deux listes : celle de la majorité sortante de Claude Térouinard, Territoires d’Eure-et-Loir (TEL), et celle de l’Union pour les Euréliens (UPE), présidée par Laure de La Raudière.

La première liste a gagné dans huit cantons soit 16 sièges, tandis que la seconde a ses candidats élus dans cinq cantons soit 10 sièges. Un dernier binôme à Nogent-le-Rotrou étiqueté simplement divers droite complète le tableau. 

D’un point de vue purement mathématique, avec 16 sièges sur 30, la liste de la majorité sortante devrait donc porter à la présidence son chef de file Claude Térouinard. En effet, ce sont les conseillers départementaux élus qui élisent à la majorité absolue le président du Conseil départemental. 

"Nous avons la majorité absolue"

Rémi Martial, président du groupe Territoires d’Eure-et-Loir, va dans ce sens : “Nous avons la majorité absolue, ce qui nous conforte pour poursuivre notre travail au service des Euréliens.

Il ne doute donc pas de la réélection de Claude Térouinard à la présidence du Conseil départemental, mais espère surtout “qu’il puisse l’emporter le plus largement possible.” 

Il appelle d’ailleurs "ceux qui ont l’intention de rejoindre le groupe de la majorité départementale” à “valider pleinement le projet” et à s’inscrire “dans une logique de réellement travailler ensemble”. 

"Les choses se sont mal passées"

Un discours partagé par Xavier Nicolas, conseiller départemental fraîchement élu à Saint-Lubin-des-Joncherets. Il est pourtant sur l'autre liste, celle de l'Union pour les Euréliens, ce qui ne l'empêche pas d'affirmer qu'il faut être "tous ensemble pour bâtir une politique dans l’intérêt dans ce département".

“Les choses se sont mal passées au cours du mandat précédent, tout le monde le sait, il y a eu des tensions”, reconnaît-il. Il était à l’époque au Conseil régional mais suivait la situation, ayant été conseiller départemental en Eure-et-Loir par le passé. L’élection de Claude Térouinard avait en effet été houleuse, comme le rappelle cet article.

Une affaire révélée par le Canard Enchaîné et relayée par la presse locale avait aussi montré des désaccords entre les deux groupes. 

Mais aujourd’hui, Xavier Nicolas s’inscrit dans un désir d’unité : “Mon souhait c’est que ces tensions appartiennent au passé et qu’on construise l’avenir de manière consensuelle. Nous sommes 30 conseillers départementaux de la même famille politique de la droite et du centre, ce que j’ose imaginer c’est qu’il y ait un seul groupe autour du président Térouinard.

"C'est le jeu démocratique"

Christophe Le Dorven, réélu à Dreux-1, parle aussi d’une majorité de droite sans même évoquer de tensions : “Dès le début du mandat précédent en 2015, nous avions deux groupes. Cela ne nous a pas empêchés de travailler ensemble et d’être tous dans la majorité. Ce n’est parce que vous avez deux groupes qu’ils sont opposés.” 

Il avait pourtant face à lui en ce premier tour des élections de 2021 un binôme de droite dissident qui appartenait justement au groupe Territoires d’Eure-et-Loir, ce qui a eu notamment pour conséquence l'arrivée en tête du Rassemblement national.

Le duel entre les droites, c’est le jeu démocratique. La pluralité de candidatures est aussi ce qui met un peu de piquant dans la campagne électorale, mais les électeurs s’en fichent pas mal”, temporise-t-il... Après avoir été largement réélu.

Si la candidature de Claude Térouinard et sa réélection semble donc évidente, Christophe Le Dorven glisse sur un ton taquin : “lui ne nous a rien dit pour l’instant”.

90 ans en fin de mandat

Pour rappel, Claude Térouinard avait été élu 2017 après la démission d’Albéric de Montgolfier du poste de président du Conseil départemental. Devenu sénateur, il ne pouvait cumuler les mandats.

En effet, la loi interdit d’assurer cette fonction en même temps que certains autres mandats (président du conseil régional, maire, membre de la commission européenne, exercice d’un mandat parlementaire…).

Il n’y a par ailleurs aucune limite d’âge. S’il est effectivement élu, Claude Térouinard aura donc 90 ans à la fin de son mandat en mars 2028.

L'actualité "Politique" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Politique" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité