• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • POLITIQUE

Eure-et-Loir : ouverture de l’unité régionale pour détenus violents à la prison de Châteaudun

Couloir de l'Unité pour Détenus Violents de la prison de Châteaudun / © Julien Romero - Administration Pénitentiaire
Couloir de l'Unité pour Détenus Violents de la prison de Châteaudun / © Julien Romero - Administration Pénitentiaire

L’Unité pour Détenus Violents, l’UDV ouvre à la prison de Châteaudun. Ce quartier peut accueillir 11 détenus violents et se veut une réponse du ministère de la Justice aux agressions puis à la mobilisation, l'an passé, des personnels pénitentiaires.

Par Isabelle Racine

Les phénomènes de violence en centre de détention augmentent. Les chiffres parlent d’eux-mêmes : chaque année au niveau national, on recense 4 500 faits de violence contre les personnels de l’administration pénitentiaire et 8 500 faits entre détenus.
Dans le cadre de sa politique de lutte et de prévention des violences, l’administration pénitentiaire a décidé de créer des UDV, des Unités pour Détenus Violents. Elle a engagé une réflexion, notamment avec des chercheurs, pour mieux comprendre les phénomènes de violence et développer la prise en charge des détenus.
 
Interview de Pascal Vion, directeur interrégional de l'Administration Pénitentiaire
Interview de Pascal Vion, directeur interrégional de l'Administration Pénitentiaire - Alain Heudes - Isabelle Racine


Les UDV sont réservées aux personnes détenues qui ont un niveau de violence avérée et constatée ou qui ont eu un ou des passages à l’acte violent. Elles sont affectées dans une UDV après un processus administratif (et non judiciaire). Un détenu ne peut refuser son affectation dans une UDV mais il peut exprimer son désaccord.

Un régime d’isolement

Pendant les deux premières semaines, le détenu est observé : c’est la période d’évaluation comportementale. L’objectif est de déterminer le niveau de risque de passage à l’acte violent. A la fin des deux semaines, une commission se réunit pour définir un programme de détention adapté à chaque détenu. L’objectif est d’amener le détenu à se projeter sur un autre comportement. Le régime en UDV est un régime d’isolement : le détenu est seul dans sa cellule, en promenade et durant les activités. C’est un parti-pris. Pour traiter la violence, il y a des précautions à prendre. Après les deux semaines d’observation, le détenu pourra être en contact avec d’autres détenus durant les activités ou en promenade.

6 mois

Le détenu reste dans cette UDV pendant six mois, période durant laquelle il doit effectuer un travail d’introspection pour prendre conscience de sa violence. 
Grâce aux activités et aux ateliers proposés (gestion de la colère par exemple), il s’agit pour les intervenants (surveillants, conseillers SPIP, psychologues…) de créer pour le détenu une dynamique de changement. Il sera accompagné et très encadré durant cette période.
A l’issue des 6 mois, un bilan est fait : soit le détenu réintègre une détention classique, soit il reste 3 mois supplémentaires s’il montre une réelle prise de conscience et qu’il a besoin de temps supplémentaire. Soit il est toujours violent et alors, il est affecté dans un établissement plus adapté en terme de sécurité : il peut même rejoindre un quartier d'isolement dans lequel les mesures de sécurité sont très poussées, incluant l'isolement. Il est réservé aux prisonniers présumés ou reconnus comme dangereux ou présentant un fort risque d'évasion.
 
Cellule de l'Unité pour Détenus Violents / © Julien Romero - Administration Pénitentiaire
Cellule de l'Unité pour Détenus Violents / © Julien Romero - Administration Pénitentiaire
 

Une UDV à Châteaudun

La première unité a vu le jour en mai dernier dans le Nord, à la prison de Sequedin près de Lille. Depuis, les prisons de Strasbourg, Marseille ont ouvert une UDV.
En Centre-Val de Loire, la prison de Châteaudun a désormais une UDV qui accueillera deux détenus lundi prochain, le 17 mai. L'un est déjà détenu à Châteaudun, l’autre vient d'une autre prison. Ensuite, d’autres détenus rejoindront cette unité.
L’UDV de la prison de Châteaudun pourra accueillir à terme 11 détenus. L’UDV comporte 11 cellules de 9m2 dont une pouvant accueillir une personne à mobilité réduite. Chaque cellule a un lit, une table et une chaise scellés, une douche, un WC ainsi qu’une télévision. Sécurité oblige, chaque porte de cellule a un passe-menottes. Il y a aussi des salles d’activités, trois cours de promenade.

Surveillants, conseillers SPIP, psychologues… 26 personnes seront en charge de ces détenus. Toutes ont été formées pour cette mission et toutes sont volontaires.
 
Prison de Châteaudun (28) / © Julien Romero - Administration Pénitentiaire
Prison de Châteaudun (28) / © Julien Romero - Administration Pénitentiaire

Quelques chiffres 

La prison de Châteaudun est rattachée administrativement à la direction interrégionale de l'Administration Pénitentiaire de Dijon, regroupant la Bourgogne, la Franche-Comté et le Centre Val de Loire.
19 établissements pénitentiaires
12 SPIP (Service Pénitentiaire d'Insertion et de Probation)
5 000 personnes détenues
15 000 personnes suivies en milieu ouvert
2 800 personnels
240 millions de d’euros de budget
Prison de Châteaudun : 540 détenus et 146 personnels

Sur le même sujet

L'accordéoniste de Pierre Perret vous joue une chanson

Les + Lus